Partagez

Regard oasis
Je voudrais chasser bien loin mon regard oasis,
où se désaltère mes idées aux plumages corbeau.
Qu’ils se détournent que mes larmes se tarissent,
dans le labyrinthe jusqu’au pied de leur tombeau.
Pour qu’au première lueur de l’aurore fleurissent
les tendres souvenirs de mes premiers barbos.
Bariolages dont tous les murs en gamin je tapisse,
sous la musique carrousel tambourine les sabots.
Des chevaux enchaînés leurs blasphèmes hennissent
mais où est donc ce monde que l’on me contait beau.
Qu’importe le port que j’effleure à mon temps jadis
tout est naufrage même dans le plus grand paquebot
les majestueux miroirs dorés reflètent mon regard oasis.
Michel Jette



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 1 votes