Partagez

Douce France
Tu as trahi mon enfance
Cent colons sur mes rives ne revirent
Jamais le pavillon de tes navires.

Douce France
Tu as tué mon adolescence
Cent soldats sur tes rives ne revirent
Jamais le sillage de leurs navires.

Robert Marois, RENGAINE.
image: blogia.com



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.57 sur 7 votes