Partagez

Si je pouvais ce soir doucement prendre tes mains,
je les glisserais contre mes lèvres pour les baiser
en te regardant sourire aux anges câlins;
ceux qui me disent que je peux encore espérer.

Tu seras toujours au devant de ma scène,
et moi toujours au premier rang à t’admirer.
Comme cette superbe fleur coulant dans mes veines
et dont l’absence vient doucement m’aliéner.

Je n’ai pas envie d’atteindre cette rage de raison.
De ton soleil mes ailes désirent encore brûler
pour que la douleur ne devienne qu’une illusion
et que notre passion demeure pour l’éternité.

J’envoie des oiseaux messagers aux quatre vents.
J’actionne les sirènes de toutes les alarmes.
Pour préserver notre amour d’un enlèvement
que je combattrai avec mon cœur en arme.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes