Partagez

Coup de projecteur sur mes années d’adolescence,
Cette période où l’on se délecte encore d’insouciance,
Je me souviens de toutes ces bandes dessinées d’alors
Qui ornaient ma table de chevet, tel un vrai trésor.

Rahan, fils des âges farouches, pendant la Préhistoire,
N’avait que pour défense son couteau blanc en ivoire.
Muni de son célèbre collier de griffes, il était
Le roi de la chasse et de la survie incarné.

La famille Cartwright, western au nom de Bonanza,
Régnait sur la ville de leur ranch, Le Ponderosa.
Ben, ainsi que ses fils, Hoss, Adam et Little Joe
Maniaient leurs revolvers aussi bien que le lasso.

Il y avait aussi Tartine, la grand-mère déjantée,
A la force herculéenne, à cent trois ans passés,
La mémé au menton poilu envoyait valser
Tous ceux qui, sur son passage, venaient la perturber.

Et en bonne place, se trouvait tout bonnement Pif le chien,
Associé à Hercule, chat noir et blanc très taquin,
Ce dernier, au pansement en croix sur le museau,
N’avait en tête que de piéger son alter-ego.

Evidemment, de temps en temps, je lisais Tintin,
Astérix, Tanguy et Laverdure, Hondo ou bien
Les aventures du pilote surdoué Michel Vaillant,
Bref, une bande dessinée qui me rappelle ce bon temps.

Que reste t-il aujourd’hui à nos très chers enfants
Si bande dessinée, ils voulaient se mettre sous la dent ?
C’est vrai, suis-je bête, aujourd’hui, ordi et portable,
Sur table de chevet, sont devenus irremplaçables…

Gilles Abadie



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.86 sur 7 votes