Partagez

Discrètement tout au fond du miroir
juste par-dessus ton épaule
la lune pâle et ronde et froide
comme une nostalgie
semble une horloge aux aiguilles enlevées
par un voleur d’espoirs

Aux hasardeuses rides de cirrus effrangés
qui dans le tain céruléen s’estompent
s’entremêlent les doutes qui cernent les ultimes envies
et les rêves presque encore vergogneux
de chimères révolues

Même dans ton reflet lacté
espiègle écho de Psyché qui indocile et rebelle rebondit
le temps amputé de ses pointes aux entrechats floués
obstiné comme une vérité
fugace d’un courant d’air laissant la nuit désétoilée
le temps de mille nuits en une
sur ses pas ne revient pas

[novembre 2016]



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes