Partagez

Gravée dans ma mémoire
Cette vision d’Eden
Sous la brise du soir
S’envolent les akènes

Cette beauté qui émane
De cet éclat de lune
Adoucit nos deux âmes
En rêverie nocturne

Notre route fut telle
Que nous l’avions rêvée
Les ans se font cruels
Et notre temps compté

Nous avons vu grandir
Dans leur belle insouciance
Ponctuée d’éclat de rires
Notre chère descendance

Ces années ont glissé
Comme glisse la vie
Et l’on voudrait freiner
Trouver le ralenti

Les ans viennent à peser
Sur nos corps affaiblis
Mais nos cœurs non usés
Aimeraient un sursis

Car notre amour jamais
N’a connu moindre faille
C’est l’enveloppe usée
Qui fait que l’on défaille

Et nos corps centenaires
Vont, las, se résigner
A l’horloge, lapidaire
Du temps qui est compté

J’ai ta main dans la mienne
Contre ton cœur serrée
Je partirai sereine
Sur la pointe des pieds

Ne verse pas de larmes
Notre union fut si belle
N’en fais pas tout un drame
La prochaine, éternelle…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.09 sur 11 votes