Partagez

I.
On n’est pas sérieux, quand on pète en riant.
– Un beau soir, foin des choux et des vertes salades,
des courgettes au beurre à l’aspect effrayant !
– On mange des chipos et de folles grillades.

Les viandes cuisent bien dans les bons soirs de juin !
L’ail est parfois si fort, qu’on ose plus péter ;
Le vent chargé d’odeurs, – je n’en ai lâché qu’un, –
A des relents d’aisselle et un aigre fumet…

II.
– Voilà qu’on s’aperçoit que l’on voit triple ou double
Sa brochette, qu’empale une petite branche ;
-J’ai bu un bock de trop et ma vision s’en trouble –
Avec de doux frissons ; la face verte et blanche…

Nuit de juin ! Folle ivresse ! – On se laisse griser.
La sève est mauvais vin et vous leurre d’espoir
On titube ; On se sent prêt à s’encanailler
Avec qui l’on peut ; on pisse sur le trottoir…

III.

(Ô trou noir de l’ivresse !)

– Au matin,… – Vous rentrez la tête dans le c…,
Vous demandez du café puis du doliprane…
– On n’est pas crâneur, quand on rentre vaincu…
Qu’importe ! On en rira, d’avoir bu comme un âne !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes