Partagez

Rondeurs d’amour

Dans la pénombre se dessinent nos deux ombres.
Tu te déshabilles puis, tu me dénudes.
Tombe ma petite robe noire, Ô surprise.
Je suis nue, sans dessous, prévoyant la prélude.

Mes seins ronds, pointes durcies, rondeurs alléchantes.
L’envie de moi incendie ton corps, vapeurs chaudes.
Hum doucement, tu caresses mes courbes rondes.
Mes douces rondeurs, ombrées dune clarté blanche.

Je prends ta main, t’attire sur le lit doré.
Ma bouche commence un ballet de baisers,
puis, s’attarde sur ton ventre rond embrasé.
Minute, tendre sur mon coussin adoré.

Le désir consumé, nos corps brûlants, s’enflamment.
Préliminaires, jeux polissons, en chansons.
Ne faisant qu’un, belle ascension de la passion.
Doux soupirs, d’émotions des amants fous, en larmes.

Effleurement de peaux humides, en sueur de sel.
Ébats rondement menés, belle fureur d’aimer.
Des bruits emplissent la chambre, nos voix sensuelles.
Concerto du plaisir, mélodies animées.

Puis, le silence, Juste le chant d’un oiseau.
Nos regards se croisent, motus des mots heureux.
Un, je t’aime, dans la pupille de nos yeux bleus.
Il chante, des notes d’amour le passereau.

Béatrice Montagnac



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 9 votes