Partagez

Une cape aux chaudes couleurs,
A l’œil une flamme divine,
Le corps paré de mille fleurs,
Par les monts va Dana Londine.

Un chant étrange elle fredonne
Qui ressemble aux cris des oiseaux,
Au chambard des vents en automne,
Au rythme alerte du ruisseau.

Immobile dans le brouillard
Sur sa barque bien amarrée,
Elle rêve d’un grand départ
En fixant bien la joncheraie.

Sa demeure est la forêt sombre…
Elle s’endort au pied des pins
Sous sa cape, dans la pénombre,
Un lit d’aiguilles pour coussin.

Offrant à Nature son cœur,
Par les monts va Dana Londine,
Le corps vêtu de mille fleurs,
A l’œil une flamme divine !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 9 votes