Partagez

Saint René, serre-moi que je sente ta joie
Battre contre mon cœur où mène tout chemin.
Laisse-moi même errer dans le creux de ta main,
Que je sois écrasé dans l’élan de ta voie !

Relaxe la hantise, enfin que j’atermoie
L’atterrante facture à ma charge d’humain
Dont la cause est de fuir et remettre à demain
Le présent opulent dans lequel je me noie.

Sinécure, ô courage affermi par le sort !
Aucune charge abonde à me faire du tort
Tant je prie au courant de la fugace vie

Qui me brûle et me glace autant que j’en ressens
La morsure efficace à me passer l’envie
D’en rester avec elle au seul niveau du sens.

http://nullepartetjamais.blogspot.fr



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.5 sur 4 votes