Partagez

Là, Une fleur danse sous la bise légère
Et derrière les murs de bétons craquelant
Sous les coups de masses, volent cette poussière
La fleur s’épanouit sous les rayons ardents.

Déjà tant d’années ont passé, et ma mémoire
N’avait rien oublié, tu as des barbelés
Dans les yeux, encore marqués, même le soir
Et tu ries heureuse, Berlin en ton été

Là, Les miradors sont tombés des deux côtés
Mais personne n’a oublié tous ceux qui sont
Mort d’avoir été épris par la liberté.

Maintenant les fleurs ont poussé et remplacé
Les barbelés, les miradors et le béton
Ta liberté, Berlin, un soleil en été.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.9 sur 10 votes