Partagez

Ça tire à l’est,
Les drapeaux rouges sont en berne
Depuis qu’on a hissé les couleurs qui bernent
Et pendant que les consciences hibernent,
Changé les gamelles par des gibernes.
Le Capital a repris ses droits sur l’homme
Et finance, en sous mains, les pogroms.
Dans les territoires libérés par Rome
Se répand la consommation de l’opium et
Les pèlerinages à la Vierge noire ont repris.
Les marchants haussent leurs prix
L’intervention du Saint-Esprit
N’était pas sans parti pris.
Partout dans les campagnes de Chine,
Il n’y a plus personne pour plier l’échine,
Depuis que les marchands de machines
Font des affaires à coup de Tchin-Tchin.
L’Albanie, la pure, entre dans la danse;.
Les poings levés, pour l’apparence,
Baissent les bras pour, de toute évidence,
Tendre la main à la Providence.
Et à Cuba, l’imprenable citadelle,
Dernier refuge pour les fidèles
Le peso a du plomb dans l’aile,
Depuis que le dollar a déjoué la sentinelle…
Mais que reste-t-il des années rebelles ?
L’étoile du Che, les discours de Fidel…
La mort est un mythe qui vit après elle.
La vie est un mythe qui meurt après elle.

Robert Marois
image: reference.com



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.6 sur 10 votes