Partagez

Viens là que je te serre
Que mon cœur lourd te plombe
Que l’afflux de sang chaud
Te monte en pleine poitrine
J’entends ses battements
Des boums des bings des bangs
Ça gicle ça explose
Dans les veines saillantes
Qui se gonflent sous le poids
Des pulsations rythmées
Prisonnières d’un émoi
De la cage thoracique
Je te plume, tu m’inspires
Je me fais un sang d’encre
Tu me tatoues le torse
De morsures ethniques

Viens là que je te baise
Que mes lèvres s’engouffrent
Que l’étreinte de nos langues
Nous coupe le souffle vital
Je sens ton appétit
Féroce et carnassier
En proie à nos désirs
Sauvages et animals
Les pupilles se dilatent
Et les pores se resserrent
Quand j’avale ton âme
Salive nourricière
Je te hume quand t’expires
Je flaire tes ardeurs
Quand le long de ta joue
Coule une goutte de sueur

Viens là que l’on se cabre
Tels deux mustangs rebels
J’accroche ta crinière
Et j’accueille ta croupe
Si je prends les devants
J’assure tes arrières
De fougueux têtes à queue
En soubresauts d’obstacle
Je cravache au galop
T’éperonne les flancs
Puis nos corps lourds et vains
S’abandonnent en un cri
Je hennis quand tu jouis
De plaisirs insensés
Cavalière tu m’envoies
KO au pied du lit !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes