Partagez

Scaphandrier (narcose)

Tout ce temps
que l’on remonte
en mince filet
une fois par jour.

Comme une montre
du bout des doigts
un geste machinal
sans qu’on le remarque.

En chambre de verre
les aiguilles s’entrelacent
et la pensée du scaphandrier
apprivoise la lente caresse.

Sous l’apesanteur
on tourne la couronne
dans le contresens
pour que se défile le jour.

Garder sur carte mémoire
la solitude qui m’habite
le grain de sable
pour que naisse la perle.

Je suis seul
moi le scaphandrier
m’enfonce
dans le sable mourant.

Regarde le ciel
où perle la nuit
sous lune de sang
abreuve ma folie.

Le vent chaud goûte
le sel de mer
un va et vient
en faible bourrasque.

Danse le sable blanc
et le verre en buée
m’aveugle
mais je capte le galop.

De ma vieille Rossinante
comme un tango lancinant
tourne tournoie carrousel
autour du moulin à vent.

La mariée rouge
sans ouvrir la bouche
tempête une berceuse enivrante
de ses lèvres barbelées.

Arrêt sur image
moi scaphandrier
dans la marche nuptiale
avec ma Dulcinéa.

Embrasse ma tendre folie
dans la danse des confettis
une pluie de souvenance
remplie le bénitier…

Michel Jetté



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.25 sur 4 votes