Partagez

Ah ! Les envolées et les folles ambitions
Ma muse enchanteresse
Elle m’appelait sans cesse
Entre nous c’était un jeu plaisant
Plus maintenant

Ma muse m’a fui
Le gel en mon esprit
Il s’y colle et s’endurcit
J’ai scruté tous les horizons
Rien, ni vision ni frisson

Mon temps est dilapidé
La fatigue m’enveloppe
Elle me vide je suis myope
Obstrué mon périscope

Ma sève n’est plus fraiche
Mon encre sèche
J’ai jeté ma plume
Je m’évapore et me consume
Ô muse ! Revient et rallume
Mon brasier éteint et couvert de brume

Lazreg Ouadah @ Mendès le 28 novembre 2015
image: propreacher.com



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
2 sur 1 votes