Partagez

Oserais-je vous dire
Mon bel et tendre amour
Qu’en soulevant cette nuit
Le voile de mes songes,
J’ai vu votre visage
Et que j’étais émue.
Vos bras enlaçaient mon corps
Meurtri par le chagrin
Et mon cœur délicat
Se posait en vos mains.
Vous aviez l’air si sage
Et le regard si tendre,
Que j’ai eu un instant,
De la peine à comprendre.
Pourquoi, après le temps
De cette si longue absence
Etes-vous revenu
Hanter mes nuits d’errance ?
Je me suis réveillée
Perturbée et nouée
Par ce rêve glacé
Qui, indubitablement j’avoue
Réveille tant de tourments.

tous droits réservés©Marie-Hélène Coppa (extrait de mon prochain recueil)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.96 sur 24 votes