Partagez

Secrets d’un parquet de Tango

J’attends que leurs souliers graciles

Me caressent d’un frôlement docile,

Même si les dames ont des talons pointus,

Les battements de mon cœur ils ponctuent.                                                                                                                               

Les tangeros avancent fièrement leur buste

Enlaçant leur tangera d’une main robuste,

Certains couples sont comme soudés dans leur abraso

Ils me cachent le ciel, je ne vois plus les oiseaux !                                                                                                                      

A croire que leurs pieds adroits sont des mains,

Vivants l’instant présent, sans penser au lendemain.

A croire que leurs orteils, scrutateurs, ont des yeux

Choisissant sur moi l’endroit précis, en maîtres des lieux.                                                                                                        

 Je les observe discrètement, par en dessous, 

 Ils dansent des soirées entières de tout leur saoul.

 Parfois les cavalières ont l’air de s’assoupir en virevoltant

  Fermant même les yeux, profitant d’un contretemps.                                                                                                           

 Dans la nuit s’évanouit la musique au tempo éreinté,

 Je les regarde en un dernier glissement me quitter

 Triste de ne plus être la base de leurs attentions,

 Je garde enfoui en moi le secret de leurs émotions…                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Gael Schmidt – Octobre 2018 tous droits réservés



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5.24 sur 21 votes