Partagez

Le soleil frôlait maintenant l’horizon,
Un oiseau encore diurne
Traversa d’un vol devenu lourd 
L’air surchauffé.
Pas un bruit ne frôlait le silence,
À part peut-être…
La caresse du vent dans les branches.

Elle était là,
Couchée nue sur l’herbe verte,
Respirant encore à petite dose 
Le souvenir de son premier baiser
De son premier amant.

Une buse dans le ciel miaula
Pendant qu’elle se rhabillait nonchalamment tout en laissant  une légère brise caresser ses cuisses fines.
Un ultime rayon de soleil traversa un dernier buisson puis se cacha derrière la petite maison de bois quand elle ouvrit la porte.

Quelle belle journée se dit-elle en poussant la clenche d’un geste sûr.

Dehors une chouette effraie chuinta dans le clocher voisin et la lune se leva.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.82 sur 11 votes