Partagez

dans tes yeux indolents je vois la perte perdue
elle croyait noircir et le bleu lui sourit

dans tes yeux insolents je vois le soleil nu
passant dans un bruit de fleurs

dans tes yeux vastes et lents les petites mains du coeur
impriment les saisons retrouvées
et perdues dans les larmes des feuilles

dans tes yeux l’élan des fougères et la
folâtrerie des mousses

dans tes yeux l’eau sans voix qui fredonne
un chant d’origami et de flamme :
un rêve orange et pénétrant



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes