Partagez

Si l’amour m’était conté
Je dirai : Dans mes lettres, il est le tressaillement de
Mes ans qui narrent
Ce rire si chaud
Et ses joues pourpres de timidité
Et ses joues inondées, de larmes
C’est un chant d’un rossignol, qui rajeuni
Et un sanglot qui déchire, l’âme
C’est une flamme qui ravive et
Qui consume, avec art…

Si l’amour m’était conté
Je dirais : – On peut le détecter à ses sentiments
Qui dessinent sur nos traits
La joie des retrouvailles
Et des chagrins
Pour celui qui nous quitte et part…

Si l’amour est défini par le verbe aimer
Je dirai qu’il faut aimer à en mourir
Mais aimer, avec Art.
Maissa Boutiche, Alger, le 26/07/2017
Tous droits réservés



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 69 votes