Partagez

Si l’oiseau…

Lorsque se cambre l’oiseau,
Dans un cri, un soubresaut,
Il est trop tard, se brise le fil,
Hors de lui, la vie se faufile…

Sur terre, un jour, s’était posé,
Voulant danser, vivre et aimer,
Mais d’amour il a trop souffert,
A la mort, son coeur s’est offert…

Sur terre, il ne fut qu’éphémère,
Si fragile, lutter ne pouvait guère.
Un dernier chant, il s’est cambré,
L’oiseau désespéré s’en est allé…

Pascale Mège-Monier
Illustration photo internet



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.92 sur 12 votes