Partagez

Je me mettrais à l’envers du temps si tu me revenais. Fidèle J’épouserais la joie. Je serais frivole dans tes soupirs. Je donnerais à ma vie la tension de l’élytre pour te garder.
Je confesserais à la pluie mes yeux humides de te voir marcher sur la terre sèche.
Je bois par trois fois à la source de ce poème.
Je suis ivre et j’entends ta voix dans tous les orages, les rivières quittant leurs lits, les feuilles des arbres affalées sur les troncs brisés.
Et les déserts , ah les déserts !
Ils ont grandi depuis toi amour, ô mon amour !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3 sur 1 votes