Partagez

Soleil

Le soleil a paru dans la voute un matin
Il semblait discret circonspect presque anodin
Il a illuminé le ciel quelques instants
Puis timoré il s’est enfui en frémissant
J’étais plutôt navrée et même sidérée
Qu’il ne m’offrît pas davantage sa clarté
Puis j’ai compris qu’il redoutait que mon éclat
Ne lui fît de l’ombre et ne l’exilât
Je me délectai soudain de son prompt départ
Qui allait me permettre de dévoiler mon art
Dès qu’il fut il parti je me mis à rayonner
En irradiant les monts et les prés vallonnés
Je m’étoilais je flamboyais j’étincelais
Je brillais je reluisais je resplendissais
De toutes les brillances je ne me rassasiais
A m’éblouir aveuglée je m’éternisais
Hélas à force de m’embraser, je flambai
Et allai me consumer dans un brasier mauvais
Je me mis à m’éteindre dans les flammes
Cruelles qui me frustrèrent de mon âme
J’erre depuis lors désemparée et sans entrain
Et sais que pareils seront mes lendemains
Je suis punie d’avoir trop resplendi
Et d’avoir savouré le faste interdit
J’aurais dû au soleil consentir sa gloire
Sans vouloir changer le cours de l’histoire
Même si cela n’est pas démontré
Et son contraire pas plus attesté
Longtemps le soleil continuera de briller
Et rien ni personne ne saura l’éclipser

Jacqueline Grout, Soleil
image: thechangeblog.com



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 6 votes