Partagez

Des mots que l’on couche au hasard d’une feuille blanche
Pour tenter d’exprimer le vide
Mais justement pour exprimer le vide
Il n’y a rien sur la feuille blanche
Elle est là, muette, seule au milieu de la foule
La regardant sans vraiment la voir
Marchant ou courant sur les trottoirs
Sur son visage, sans retenue les larmes coulent
Elle regarde longtemps le ciel
A la recherche d’une éclaircie
Revoyant sa vie en raccourci
Pas vraiment qu’une tartine de miel
Pas brûlée non plus par les deux bouts
Bien des fois elle aurait voulu poser ses bagages
Sans même chercher si c’était par manque de courage
S’endormir simplement pour un monde plus doux
Elle avait froid, elle se sentait si seule
Un peu paumée recherchant un monde idéal
Se sentant ici, piégée comme un animal
Oui elle avait froid, elle se sentait si seule
Entourée pourtant de sa famille, de tas d’amis
A leurs yeux elle se sentait transparente
Et dire qu’ils la trouvaient marrante
Ce malaise venait donc d’elle et non de ses amis
Mais alors qui pourrait lui expliquer
Ces larmes, son inexplicable solitude
Et dans son corps cette profonde lassitude
Oui qui pourrait lui expliquer !
Extrait du livre Sotte, saute donc si tu l’oses
Copyright@2014 Mado CHRISTOPHE



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.58 sur 19 votes