Partagez

Courte prose,
Certains sommets, je sais que je ne les atteindrai jamais. Alors je les regarde de loin en les rêvant. Je les imagine et je me fais l’idée la plus belle qu’ils représenteraient à mes yeux si j’y étais. 
Je les soupire.. je les pleure. Je les sens proches malgré toute la distance. Je les aime d’une façon très personnelle… très intime parfois… 
Je baisse les bras, je baisse les yeux, je regarde le sol et je voudrais avancer, mais j’ai peur de me perdre…
Alors je ferme les yeux et j’écoute mon cœur pleurer. Je me fais du bien avec la musique. 
Le violon pleure, le piano laisse une larme tomber comme le cristal sur le sol et la guitare la guide sur les rives d’un lac endormi où la peur de m’y noyer me tend ses cordes pour m’y raccrocher.

SOMMETS © Copyright 2016 Sylvie Badi



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.11 sur 9 votes