Partagez

Sur la verte colline, sur l’étendue de nos vies,
Au delà de la brume, sur les monts endormis,
Voyagent doucement nos pensées, nos folies,
En torrent de larmes jaillit cette triste mélodie.

La pâleur de notre soleil à l’aube mystique,
De nos yeux de séraphin, d’amour idyllique,
De nos destinées jaillit un souffle onirique,
De nos corps enflammés un plaisir extatique.

Le manque fait de nous des torches de passion,
Sur l’écume des jours où s’allongent nos ombres,
Qui naviguent sur les nuages de notre déraison,
Les épaves de nos tourments deviennent si sombres.

L’horizon de nos espoirs en hymne merveilleux,
Sensation sibylline de nos songes embrasés,
Étanche notre soif d’être enfin tous les deux,
Séisme d’offrandes et de dons partagés.

SONGES EMBRASES © Copyright 2016 Sylvie Badi



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.87 sur 15 votes