Partagez

Les peuples sont sots et ignorants, Monsieur.
Ils ressemblent à des moutons promis à l’abattoir!
Le sage face au fanatique, ne crie pas Victoire
Aux matins blêmes quand tout est silencieux!

Laissez venir ces cœurs purs aux mains innocentes.
Le despote amadoue le peuple puis le meurtrit,
Au nom de Dieu, au nom d’Allah, coule le sang
Au nom du Roi, pour le drapeau et la patrie!

Les uns adorent Robespierre, surprenant oracle
les autres s’agenouillent devant Mao, Lénine,
Maréchal nous voila, hurle comme au spectacle
D’oligarques religieux à la blanche hermine

Je pourrais citer d’autres infâmes dictateurs
Crachant le feu, véritables prestidigitateurs,
Sur la foule en délire qui brûle ses idoles
Avant de courir embrasser un nouveau symbole!

L’homme navigue entre d’invisibles écueils.
Il est effrayé quand sa conscience murmure :
« Passant, ennemi de ton frère autant que de la nature
Tu feins la colère mais n’aperçois pas ton cercueil! »



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 6 votes