Partagez

Aurai-je vainement tout visité, tout découvert
À l’unique où chavire mon destin, la vieillesse ?
Un cygne se souvient que le fleuve mène mon ivresse
Jusqu’à l’extrême gisant de notre stérile hiver !

Face à la tribu nomade des charlatans agités
Je déploierai, sur l’échine d’une curieuse hôtesse,
Inévitablement solidaire de mon ultime tendresse
Car seul le crépuscule attire la distinction citée,

Un privilège rare ! Jamais des turbulences matinales
Le jugement précis éveille l’intuition virginale !
Alors, d’un voyage défunt, fidèle au tragique poison

Veuf, démodé, je mirerai dans l’eau une prison,
Ne fouettant à regret aucun pleur porté par elle,
L’écuyère qui, secrètement, séduit, le front rebelle !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes