Partagez

Syllabes ! je pressens vos transports intégraux
Votre rythme marrant ou juste dérisoire
Au fil de ma lecture assez incantatoire
Où s’invitent Rimbaud et Malherbe en échos.

Je vois au loin l’agriculteur et son chapeau
Vider matin ses sauts dans le grand fleuve Loire,
S’abîmer de nouveau dans cette terre noire
Et lugubre du temps où tu faisais au pot.

Je m’érige de rage et m’excite à l’envie,
Contentant tout son saoul l’image dans ma vie ;
Mais je dois quelques fois savoir taire mon feu

Et glaner des onguents pour mon futur squelette.
Dans cette étrange état tout me paraîtra jeu
Et les vers sonneront sans rien qui les arrête.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.67 sur 3 votes