Ligue des Poètes

Etiquette

Chaos

Instrumentalisé

Instrumentalisé Poème sur la Bisexualité, le Viol, le Harcèlement et le Sida Elle aimait les garçons et les filles Ou le jour, sa beauté lui joua des tours Et devenu le bouc-émissaire de la cour Elle avait été instrumentalisé Ces… Lire la suite →

Coeurs obscurs

Loin des hommes qui côtoient la peur, Loin de l’âme pure des héros d’antan, Au delà de cette profonde noirceur, Qui se reflète dans l’oeil des tyrans, Ils ont communié avec l’âme damnée, De celui qui ose murmurer dans l’oreille,… Lire la suite →

Un jour peut être.

Non, ne tournez pas la tête regardez la, c’est notre ombre. Un avant goût d’heures sombres Le reflet de nos âmes muettes. Fruit pourri de l’anathème qui laisse une saveur immonde aux nantis comme aux bohèmes en s’immolant sur les… Lire la suite →

Au bois d’ébène, pour fuir les guerres

Au bois d’ébène, pour fuir les guerres De mon regard, j’essuie, je caresse et j’ose Les larmes chaudes et silencieuses de la fleur et de la rose, Au petit matin de cette saison d’automne Triste est de la voir souffrir,… Lire la suite →

Apparitions

Les murs de cette maison transpirent de douleur La honte et la peur ont envahi cette demeure Sans honneur, la mort s’y est installée Semant le trouble depuis tant d’années Les crimes commis avaient une telle puissance Que les couleurs… Lire la suite →

Corbeaux

Les corbeaux sont comme les plus obscurs de tous nos sentiments, d’une même et sinistre suffisance, et pourtant tous si différents. Peut-être pour cela prennent-ils les abords des cimetières pour refuge, errant, l’un à côté des autres, dans les brumes… Lire la suite →

La chute du mage

Une nuit, sans aucune étoile. Car les cieux ne furent que trop sombres. Un horrible cri, vêtu d’un manteau de brume sorti de la pénombre. Entraînant mes pas D’où je ne pu que constaté l’immensité nocturne de ces rivaux taciturnes…. Lire la suite →

La mort aux yeux de verres

Une cuisante souffrance. M’éventra de mes obscurs chimériques. M’envahissant telle une foudre électrique. Des milliers de vapes se dissipèrent, avant même que je ne puisse en prédirent, la provenance. J’aperçu la parque…… Cette faucheuse qui surplombait votre âme. M’annonçant votre… Lire la suite →

Nuit noire puis espoir ?

Alors que brûle le dernier jour Aux braises du soleil Alors que la lumière N’est plus qu’un souvenir, Je me penche vers toi Ô nuit qui m’émerveille. Ton noir est si profond Vers l’ultime septentrion… Notre seule chandelle Est un… Lire la suite →

Îles perturbées

Là va mon cœur, À la fraîcheur des îles perturbées; Dans mon âme, la terreur, Aux portes des îles condamnées; Dans mon cœur, la détresse, Sur les chemins de l’effroi, Des îles où la vie se laisse, Sur le sable… Lire la suite →

Eole

Éole… Du plus petit zéphyr au simoun brûlant, Du plus petit pet qui caresse l’instant, À de terribles et puissants déchaînements, Ton arsenal de destruction est… ahurissant. L’homme t’observe, cherchant obstinément D’où viennent tes racines de dément… Une conclusion simple… Lire la suite →

Ma venue

Ma venue Je suis né du feu d’un volcan , qui ne veut plus s’éteindre, Au crépuscule d’une vie , Assigner ce néant, Qui m’a tant fait souffrir. Dans l’ultime désoeuvrement, Je salue d’une révérence bien basse, mon monde animal… Lire la suite →

EFFROIS DE TROTTOIR

S’il faut-il aller plus loin, affronter des bourrasques Et croiser la peine dans des rues bousculées, Couvertes de corbeaux et de pieds sous des masques, Allons trouver chimères et fous de la cité Dans le cœur de Paris, des visages… Lire la suite →

Ennui

Dame belle insaisissable nature Aux couleurs vives tatoués Souviens toi que par le passé Cette Matineuse de Voiture À tue-tête Ronsard t’a chantée Comme eux je suis épris de toi Avec tendresse et peu de vanité Je suis de ton… Lire la suite →

Esse…s

Des esses Pour accrocher nos désirs Des caresses Pour écorcher nos soupirs Je m’ enroule Frénétique houle Sur ton doux corps Nuage Lacté à l’ aurore Ta suave silhouette enivre Tous mes sens Et provoque en mon navire Délires et… Lire la suite →

La lame des mots

Certains mots sont comme des lames, Donnent envie de courir, de fuir, Transpercent le cœur c’est le drame, Il sombre dans un dernier soupir. L’âme meurtrie saigne sa douleur Elle balaye les rêves, les espoirs,  La souffrance silencieuse pleure, La… Lire la suite →

Les oiseaux de guerre

Les oiseaux de guerre ( texte modifié ) les oiseaux blancs ont fermé les yeux, des colombes innocentes tombées sous les ailes mitrailleuses. Écoutons le chant d’espoir, d’un peuple prisonnier, appelant les hirondelles de la liberté, Un peuple chaque jour,… Lire la suite →

ULTIME LETTRE :(anticipation)

ULTIME LETTRE ! ( anticipation ) Oh! Mon amour écoute moi ! Depuis que tu es parti là-bas: Fusil au poing : tu vis Sac à dos, portion de survie Faire une guerre irréversible Contre des ennemis invisibles ! Je… Lire la suite →

La fuite en eaux troubles

A trop vouloir penser à demain, S’enfouit dans mon cœur ce chagrin, Aux côtés de mes sombres souvenirs, Qui me poussent à l’envie de partir. Loin très loin, au-delà de l’horizon, Dans les méandres d’une affreuse prison, J’entends de plus… Lire la suite →

Salaud, on aura ta peau !

Salaud, on aura ta peau ! Il y a des salauds qui errent sur la terre Des tripoteurs d’enfants, une espèce d’ordure à satisfaire, Elle est déjà une femme enfant, une enfant de seize ans Qui à vu l’ogre ce… Lire la suite →

La nouvelle société

Colère et misère Foi ou espoir Puissance financière ou puissance passagère Mouvement des foules et soulèvement Choc de société Choc de religion Prise de conscience ou indifférence Douleur et malheur Le monde est attaqué Mais le monde saura se relever… Lire la suite →

La guerre

A la mémoire de son neveu, le Lieutenant Victor Fabrègue, tué à Gravelotte I Du fer, du feu, du sang ! C’est Elle ! C’est la Guerre ! Debout, le bras levé, superbe en sa colère, Animant le combat d’un… Lire la suite →

Simple agonie

Ô paria ! – Et revoici les sympathies de mai. Mais tu ne peux que te répéter, ô honte ! Et tu te gonfles et ne crèves jamais. Et tu sais fort bien, ô paria, Que ce n’est pas du… Lire la suite →

Mélodie

Comme un couteau dans un fruit Amène un glissant ravage, La mélodie au doux bruit Fend le coeur et le partage Et tendrement le détruit. — Et la langueur irisée Des arpèges, des accords, Descend, tranchante et rusée, Dans la… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils