Ligue des Poètes

Etiquette

Désespoir

Monotonie

Son allure dardait une couleur monotone Que le ciel, lui-même, ne pouvait accueillir ; Elle gardait si loin d’elle le désir de faillir Que, sur elle, se perchaient les senteurs de l’automne. Eloigner de ses terres la chaleur de séduire,… Lire la suite →

Elle

Elle la femme de l’ombre (texte modifié) Elle La femme de l’ombre, elle a marché dans la pénombre des décombres de sa vie. Tant d’hommes l’ont regardé, touché, peut-être aimé ? Toi à cet instant, tu la dévores du regard…. Lire la suite →

Déboire

Dés le crépuscule, je cours Vers elle, mon recours, Pour amadouer mon ardeur Et ébaudir mon cœur. Nos doigts se croisent. Nos regards se figent. Nos transports s’exaltent Et ne s’enlacent. Je lui inspirais des poèmes Où le verbe »… Lire la suite →

J’Aime

J’aime dans un profond silence Dans une sphère de souffrance Dans les ténèbres de l’Inconnu Dans le labyrinthe de l’absolu. J’aime entre raison et maboulisme Entre optimisme et pessimisme Entre réalité et chimère Entre rêve et cauchemar. J’aime entre larmes… Lire la suite →

UN BRUIT DE TROP (aux victimes d’attentats)

Le monde est silencieux, autant que faire se peut, La terre est silencieuse, autant qu’il est possible, La vie est silencieuse, excusez-la du peu, Et c’est alors un bruit, on ne peut plus horrible. Et c’est alors un bruit, qui… Lire la suite →

Complainte.

Mon cœur, un beau jardin dévasté A l’humidité de mes yeux crevés Ses fleurs aux senteurs de chasteté sang pâle, ses roses sont dépravées. Les murs y sont couverts de moisis La fontaine aride, les allées abandonnées La brique qui… Lire la suite →

L’Espagne pleure

L’Espagne pleure Terroristes lâches Ils ont tué des innocents Un beau soir d’été Leur lâcheté a frappé L’Espagne à cri et à sang Des cœurs brisés là Foudroyés en un instant Folie meurtrière Restons fort dans la douleur Apprivoisons notre… Lire la suite →

SEFROU UNE CICATRICE PAR KHADIJA ELBAHAR

sefrou est une cicatrice!!! j’ai parti chercher un abri entre tes bras ..belle femme tu étais colorée en vert tout le Temp souriante simple et différente on m’a parlée tout le temps de toi j’ai adorée tes sourises ………tes roseaux… Lire la suite →

CRIS DE PIERRES

Claquemurée à choisir entre misère et liberté Piétinée dans l’ignorance des modèles importés Jeunesse à choisir par maudits flots emportée Ou survivre à l’orage vers rive clémente transportée Octobre vêtu de noir pour un bal de lémures Étranges voix sous… Lire la suite →

mon pays virtuel!!! par khadija elbahar

Mon pays virtuel…. j’ai un beau pays ou les pauvres sont mineurs les riches sont majeurs c’est dans ce pays que je suis née le quatre mars il’y a des années ou j’ai appris mes leçons d’alphabet: ou j’ai posée… Lire la suite →

Passionnellement rouge

Passionnellement rouge Un homme, perd la raison. Sa dulcinée a cueilli un fruit plus mûr. Vers d’autres plaisirs charnels, bien sûr. Cupidon a lancé la flèche de la trahison. Il sombre dans la folie, destin fatal. Sont âme habite, la… Lire la suite →

Le sang de la rose

Le sang de la rose Le pianiste aux doigts d’argent, Joue la dernière note, pour elle, Comme un murmure sensuel. Éperdument Amoureux, nageant dans ses rêves. Il ne voit pas l’obscurité de son regard cruel. Une âme ou l’amour est… Lire la suite →

Mon bon vin

Mon bon vin Cette nuit, je m’ennuie, la solitude me tue. Depuis que tu es parti, Ô oui ! rien ne va plus. Sans toi, mon enveloppe charnelle se meurt, nue. Sans tes caresses, ta bouche chaude, je suis perdue…. Lire la suite →

SOUS LA GRISAILLE EN PLEIN ETE

Je suis seul dans ma triste maison, J’étouffe sans brin d’air et je m’ennuie A en mourir dans ma sinistre prison Lors cœurs joyeux vivent leur vie. Au bord de perdre pleine raison, Sans animal ni même petit oiseau Compagnie… Lire la suite →

ASSIS À SA FENÊTRE

Assis à sa fenêtre son regard lointain Là où ses yeux ne peuvent plus la voir Loin des senteurs de musc et de benjoin Qui parfumaient leurs folles nuits d’hier Assis à sa fenêtre il aperçoit au loin Une étoile… Lire la suite →

L’absente

As-tu été enlevée par des pirates qui te croyaient riche et qui finiront bien par reconnaître leur erreur ? Avec tes beaux principes ils n’auront pas besoin de toi et auront tôt fait de te renvoyer à tes pénates !… Lire la suite →

La pire « O » manie

La pire ô manie ! Le ciel, d’un rouge ardent des forêts s’enflammant, Allume des éclairs sous les paupières lasses. Des escarbilles d’or s’envolent et s’enlacent, Fugaces lueurs aux éclats de diamant. Colère et puis chagrin, suivis de l’impuissance, Sont… Lire la suite →

Mes amours…me quitter…

Mes amours… Mes amours, pourquoi donc vous faut-il me quitter ? Ne vous ai-je prêté compagnie sédentaire ? Aznavour m’a conté les plaisirs démodés, Caressant de sa main mon esprit solitaire. Je donnerais en masse pour errer à nouveau :… Lire la suite →

je veux te voir par khadija elbahar

JE VEUX TE VOIR de loin je suis venu une longue résidence au sein de tes profondeurs l’histoire d’une année… dans l’ombre muet tout le monde m’entend …..sauf toi…. je me suis déguisé… en nectar sur tes roses …..pour t’attirer..je… Lire la suite →

Ne t’en vas pas.

Ne t’en vas pas, Reviens vers moi. Retiens tes pas, Sans toi j’ai froid. Je suis sans vie, Si tu t’enfuis, Sans jour, sans nuit, Au fond d’un puits. Mes mains te cherchent, Mon cœur s’ébrèche. Il bat en brèche,… Lire la suite →

« Narcisse-نرجس »

Compliments usés, Pour sa beauté abusée! Et son air rusé, Pour les beaux, un abbé, Auquel peut-on succomber, Magnificence singulière! Mais d’un caractère, Très fier! Hommes et femmes, tombèrent, Amoureux de lui, l’austère, Les repoussant, les éconduisant, Parmi eux Écho… Lire la suite →

Sans elle.

Il n’y a qu’elle, Et le silence… Le vide cruel, Crie son absence ! Je ne sais plus, Vivre sans ailes… Ma vie reflue, Sans cesse vers elle ! Elle est présente, Sans être là… Elle désoriente, Le temps s’en va ! Le… Lire la suite →

RUPTURE

Quoique tu fasses L’amour se donne Ne se marchande pas Mon cœur se lasse D’humeur grognonne Glace et verglas Tout est menace Petite démone Pièges et tracas Et ton audace Qui tatillonne Sans trop d’appâts Le temps l’efface Tombe ta… Lire la suite →

Une hécatombe inattendue

Placidement la Dame a gravi les 600 marches qui conduisent à son pavillon, perché au sommet de la crête. Elle y baisse tous les rideaux, elle allume seulement une petite bougie pour penser à son fiancé dans la pénombre. Là-bas… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils