Ligue des Poètes

Site de poésie

Etiquette

Jean-sylvestre Thépénier

L’HOMME LIERRE

Dans ses murs de pierre, caché au milieu des fougères l’homme attendait, le regard dirigé trop souvent vers le Nord. Il restait là des heures entières à compter sur ses doigts pour sentir d’une manière absurde, les jours passer dans… Lire la suite →

Mort d’un voyou

Mort d’un voyou Pendant de nombreuses années Le voyou ne savait pas Faire autre chose que prendre, Parfois peut-être donner, mais si peu souvent Que lorsqu’il se mit à y penser Il ne put rien trouver. Le vaurien qui ne… Lire la suite →

La noyée

Le passant passait, nonchalant, le long du pont quand il la vit. Elle se noyait doucement dans l’eau boueuse de son passé. Le passant posa sa lourde sacoche pleine de nœuds contre une barrière, Se pencha par-dessus la rambarde pour… Lire la suite →

PAPA M’A FRAPPÉ

Le visage en sang, Les cheveux hérissés, Les bras ballants, L’enfant pleure. Papa a encore crié. Papa s’est de nouveau fâché. Une nouvelle fois papa a levé la main. Son père l’a frappé. L’enfant cabossé s’est enfui, Il a couru… Lire la suite →

LES AMANTS D’AVANT

« Cela fait longtemps que j’écris devant mon écran sans penser à rien, Mes doigts gourds courent comme une machine indépendante, Même pas pleine de vie, simplement comme une machine. Un « truc » remonté fait pour taper sur ses… Lire la suite →

LA VIEILLE FEMME ET L’ENFANT

Un cadeau du cœur pour vous mes amies, amis. Un écrit un peu long mais qui j’espère vous plaira. Bonne lecture La vieille dame et l’enfant « Je vais mourir » se dit-elle pour la énième fois en se retournant maladroitement sur… Lire la suite →

Cette nuit-là.

Elle dormait tranquillement, blottie sous sa couette en plume d’oie.  Lovée comme un chat, elle soupirait parfois en souriant. La neige tombait sur le double vitrage, laissant naître pendant un instant quelques cristaux de glace avant qu’ils ne soient poussés… Lire la suite →

Sensuelle journée d’été

Le soleil frôlait maintenant l’horizon, Un oiseau encore diurne Traversa d’un vol devenu lourd  L’air surchauffé. Pas un bruit ne frôlait le silence, À part peut-être… La caresse du vent dans les branches. Elle était là, Couchée nue sur l’herbe… Lire la suite →

Une nouvelle journée

Vivre un éternel sourire, Se nourrir de tes yeux, Grands yeux qui se mirent. Entendre encore et toujours ton cœur battre contre ma peau. Se laisser aller à la douceur de ton corps Et plonger dans les bras de la… Lire la suite →

Vivre, oh vivre !

Il est facile de rêver quand on est amoureux, De fermer les yeux pour mieux s’en aller, Bercé par de si belles choses. Ne pas fermer la porte, Se la garder toute ouverte pour que soit partagée notre intimité. Alors… Lire la suite →

LA VIE QUI SE FROISSE

Le temps pastellise les instants Les moments La vie elle-même Et parfois Quelque fois Quand le temps De tant en tant Ressemble à l’encre de ta plume Elle se couvre d’une couche De givre blanc paralysant Laissant le vent ébouriffé… Lire la suite →

L’HÔPITAL

« Poème écrit par votre serviteur en 1959 à l’âge de 7 ans » Un homme, Un hôpital, Une salle, Un escalier, Un couloir, Une porte, Une chambre, Au fond de la chambre, Une flaque de sang. Veuillez noter :… Lire la suite →

HUMANITÉ

Morceaux éparpillés, D’un immense arc-en-ciel, Qu’un souffle capricieux, A dispersé sur terre, Remontant lentement, A la place initiale, Couleur par couleur, Dans l’ordre pré-établi, Nous cherchons notre lieu. Dans la même couleur, Chacun de nous est nuance, Ni tout à… Lire la suite →

ENVIE DE SAVOIR

Parfois, J’ai comme un voile qui s’entrouvre Sur la compréhension. Je sens Que je pourrai comprendre, Puis… Tout redevient comme avant Les yeux cousus, La bouche vantarde, Sauf peut-être Cet arrière-goût de bonheur De savoir, Que je peux savoir… Veuillez… Lire la suite →

LA PEUR ET SA RÉPONSE

Peur J’ai peur, Tout le temps peur Et je passe mon temps à le cacher, A me le cacher, A te le cacher. Peur d’être seul, Peur de vivre et de mourir. J’ai peur d’aimer D’aller de l’avant et d’être… Lire la suite →

ÊTRE DEUX

J’aurais pu vouloir être deux Être toi et moi Être toi peut-être Mais je ne peux qu’être moi Simplement moi Pour hier comme pour demain Mais être moi près de toi Veuillez noter : Envoi… Total : 4.92 sur 12… Lire la suite →

Qui suis-je ?

Je suis la lumière Et le temps Le vent Qui me pousse en avant Le sourire de mes yeux Je suis l’infini, Vivant. Je suis la douceur, Qui combat la douleur. Le passé Et le futur Se marient, Pour enfanter… Lire la suite →

Les fauves

Les fauves Ils sont là face à face, Vêtus d’os et de dents, Se crachant des regards Au venin corrosif. Les deux êtres chafouins, Tout de membres dressés, N’ont pas bougé de place, Pour mieux se voir, s’observer. Veuillez noter… Lire la suite →

Le rayon de soleil

Prose extraite de mon livre , L’étonnante histoire d’Annie BAHL, tome 1. Le rayon de soleil Le soleil se faufila lentement par le coin entrouvert du lourd rideau d’une des fenêtres de l’atelier. Petit à petit, il avança sur le… Lire la suite →

AMI DE LA BOÈRE

Dans son fauteuil roulant Il n’est rien. Plus qu’une petite chose morte, Corps sans vie, Aux milles brisures. La tour n’était pas assez haute, La chute pas mortelle. Maintenant, Petit tas roulant, Il légumine. Ce matin, Devant son regard vide,… Lire la suite →

Dieu et moi

Si Dieu existait, il serait moi. Et oui puisque je suis une partie de lui Mais pourquoi se limiter À une faible partie ? Et comme l’infiniment petit, EST Et que l’infiniment grand, EST Alors je SUIS Si Dieu existe,… Lire la suite →

ÊTRE

Au début il y avait le verbe Le verbe aimer Pour nos cœurs abîmés. Il vient d’un mot, Un seul mot, Le mot Amour Trop maltraité. Mais avant cela il n’y avait qu’une pensée, Une pensée puissante que je resumerais… Lire la suite →

LE MUR DE LA MER

LE MUR DE LA MER 1ère Partie Qu’il est doux de n’être qu’une ombre et de se mouvoir sans contrainte ! Les ténèbres s’étaient dissipées comme s’évaporent les dernières brumes sous la caresse du soleil. Le néant reculait à mesure… Lire la suite →

AIMER

Aimer Aimer dans un dernier souffle. Aimer comme un homme, comme un fou. Aimer et se laisser porter par le flot du désir et ne pas tomber. Se laisser aimer sans avoir peur de souffrir. Se laisser aimer aussi fort… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils