Ligue des Poètes

Etiquette

Le temps qui passe

USQUE TANDEM 💋

Je t’aimerai d’amour jusqu’à mon dernier cœur, J’ameuterai Vigny, Virgile et les voleurs, Pour séquestrer les mots dans leurs conciliabules, En ne laissant que des tirets et des virgules. Je t’aimerai plus tard, jusqu’au bout de mes dires, En bravant… Lire la suite →

Le Temps sur sa sombre rive m’a poussé

Où êtes-vous cachés mes jours heureux d’antan Baignés par le soleil printanier de l’insouciance, Emportés comme par magie par les flots du temps, Épaves noyées par l’Homme, son inconscience. Comme partie de moi-même, jeunesse emportée Je te pleure tout comme… Lire la suite →

Rêveries

Tu rêves de qui ! Tu rêves de quoi.. ! De moi.. ? Tu rêve d’un homme ? Qui te charme ! Qui te marne ! Qui te façonne ! Tu rêves de qui.. ? D’un homme qui te respire… Lire la suite →

Vent de sable

Les colombes de la paix sont devenues rouges de sang Des sacrifices pour les caprices du sable et du vent Des colombes pendues et suspendues à l’horizon de la haine Mais leurs morts ne sont pas veine Car leur sang… Lire la suite →

Volatile réminiscence

Vacillante comme une fleur sur sa tige Solitaire au milieu de la cohue qui l’afflige Fragile comme pétales dans un vent violent Elle déambule sans but, lentement Son esprit frivole s’envole papillonnante Ses pas chancelant l’amènent dans la tourmente Esseulée… Lire la suite →

La vie qui passe

La vie qui passe. Comme une ombre qui file au galop. Pressée d’atteindre l’Eldorado. Fuyant le sablier des saisons. Il faudrait réagir à tout instant. La vie des hommes n’est que frémissement. Face a la voracité du temps. Le jour… Lire la suite →

La lune en présence

Ta présence est synonyme de renaissance Ta splendeur me rappelle cet infini paysage de mon enfance Tu me rappelles aussi les luttes traditionnelles Sur ce terrain nuptial de mon « Fuuta » natal Tu es une nuit blanche Ma nuit… Lire la suite →

Évasion furtive

Tendres matins au gout de café crème Douce envolée sur les ailes de mes pensées Délicates sensations, voltige sereine Gorgée de soleil aux airs de fin d’été Caresses matinales à saveur volatile Plumes de tendresses qui me câlinent Temps de… Lire la suite →

Nostalgie

Sur la réminiscence D’ une enfance Tant émerveillée, Je me suis réveillé. Je me mets face à cet ouvrage Témoin d’un joyeux âge Je le contemple, et ma vision M’emporte vers mes anciens horizons. Au bon souvenir, une chaude larme… Lire la suite →

Gomme et colle…

Avec le temps, les jours s’envolent, Les pierres s’effritent sous les mousses, Les rires, les émois caracolent, La peau hâlée se fait moins douce… Avec le temps, les jours caracolent, Les pierres hâlées, sont moins douces, Les rires, les émois… Lire la suite →

LA VIE FRAGILE

La vie est fragile La vie est fragile, très fragile ! Il en faut peu pour la faire basculer. Elle est fragile comme de la paille, Une étincelle suffit pour l’enflammer. ….Et personne n’est à l’abri. . D’un coup, tout… Lire la suite →

La Coupole ( 28 )

La coupole, visible, dès les alentours, Maîtresse, dans le collège de la région, Face à l’entrée, campait, notre salle de cours, Auréolée, d’une très juste réputation. La salle était grande, aérée, bien agencée, Munie déjà, d’un mini laboratoire, Le plus… Lire la suite →

Le maître du temps

Le temps passe et nul jamais ne le stoppera. Il est joie, ou peine, mais reste toujours là. Il fuit si vite lorsqu’il s’agit de nos enfants, et semble ralentir au terme de nos vies, quand bientôt s’ouvriront les portes… Lire la suite →

Écarts d’un siècle

Roule le feu, perce le fer, et mord le froid … Casque sans tête, tête sans tronc, tronc sans ses bras ; Vision d’enfer, trous de misères, regards d’effroi, Casque trop clair, rai d’un éclair et succombera… Boue des ornières,… Lire la suite →

L’ INFINI ET LE NEANT

Longtemps gardera son voile du mystère le temps Défini, il le semble, répété à longueur de journée Mais ne le saura nulle personne précisément, Son nom seulement utilisé sans savoir ce qu’il est. Le présent est à l’image d’ une… Lire la suite →

J’ai entendu une voix . . .

J’ai entendu une voix au milieu de la nuit Une voix mélancolique Une voix douce et tendre Sous la pleine lune J’ai entendu une voix Dans l’obscurité de la nuit Où le ciel portait son plus beau collier Un collier… Lire la suite →

Royaume Manouche

Au plus profond de mes rêves Je te cherche, à milles et un pas sans trêves Les matins je survole les cieux , à la recherche de branches de bois pour faire ton nid et écrire les lois. Ton royaume… Lire la suite →

L’HOMME

Comment ne pas déchirer sa voix de colère en assistant, de jour en jour, à l’avilissement et à l’épuisement de cette engeance qui a perdu la raison de vivre et qui a gagné la passion de mourir. Je suis dans… Lire la suite →

L’AUTOPORTRAIT 💋

C’est une sotte chose, écrivait Montesquieu: Instantané de soi livré au visiteur, Instantané de moi quelque peu flagorneur, Je suis l’autoportrait … sauf au regard de Dieu. Rien n’est plus beau que moi qui bois à ma fontaine, Je suis… Lire la suite →

Le temps qui passe !

Le vent souffle sur cette immense étendue de sable Des êtres ensevelis par le vent et le temps Et par la cruauté des hommes Le temps d’un exil loin des siens Le temps qui passe a fait naître des regrets… Lire la suite →

Horloge tournante

Horloge tournante Le temps me tourmente Un deux trois… incessante Une heure pressante Plusieurs vies se comptent La mienne, la tienne, la sienne Des quarts, des demis et puis des heures De quoi avoir trop peur Le monde est en… Lire la suite →

le temps passe

« Le temps passe » Le temps passe et j’aperçois un clic qui émerveille. Un destin vient vers dieux qui m’emportent le soleil. Je me sens mal alaisé durant cette journée. Je reçois un doute et de la haine envers moi. Appelle-moi… Lire la suite →

Histoire

Histoire Majuscule, Mémoire de la nation, Grand scribe du passé, narration, Déplore la tragèdie des défaites, Glorifie les victoires, jours de fêtes. Des romans du Passé, tires les leçons ! Rappelle têtue, l’Histoire, d’un juron. Elle ne se répète mais… Lire la suite →

En ce verbe obsolète

Je suis venu ici au défaut d’un vain songe, Ah, qu’il me soit donné, ce verbe où me déploie, Seul, en mon vol natif et sans exubérance, Mais pour la simple joie de vivre et d’exister. J’étais, dans le silence,… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils