Ligue des Poètes

Etiquette

Patrie

JOYEUX NOËL !

Les ruelles sont rouges, de sang et des sons, Un flonflon de rafales effectué en fanfare, Et des salves sifflant au ciel tels des phares, Pour jeter aux gosses en transe dons et encens : Trépas, pas d’avance, et oblation… Lire la suite →

Excitation

Voyage, Au bout du monde, Hors du temps, Yeux brillants, La joie, M’habite depuis, Longtemps. J’aime, Ce moment, Ces instants, Dans l’attente, Redécouvrir, Cette société, Aimante. Choisir, D’y rester, Pour quelques…, Non ! Pour toujours, Encore faut-il, Un beau jour ! Prends-moi,… Lire la suite →

AU PAYS DES DINOSAURES

Au pays des dinosaures Fête d’indépendance que l’on décore Leader veut peuple herbivore Pour que nation prenne son essor Au pays des dinosaures Pétrole dans les puits et en off shore Faste, richesse et réconfort Musique à fon les transistors… Lire la suite →

Aveux Sentimentales

Tu es toujours dans mes rêves, aux couleurs de ma casbah. Pour mon cœur,,, ! Tu est son Eve. J’aime tes coups de nerfs, Ta nervosité, Tes cheveux au henné qui vont en l’air … ton parfum au extraits du… Lire la suite →

CŒUR EN RUINES

Alger me reconnaît et me cajole en veinard Sous une lune éclairant mon interminable trajet Un air salé emplissant profondément mes poumons Mais Alger me paraît en cette nuit trop bizarre Ma longue absence l’aurait-elle cruellement affligé ? Le quittant… Lire la suite →

Haiti Chérie

Haiti chérie, notre seule et unique patrie Celle pour qui nos ancêtres avaient combattus Pour que nous haïtiens, soyons fiers et non-perdus Ils ont chassé les blancs pour qu’Haiti soit notre pays Haiti, terre de mon père et de ma… Lire la suite →

ET LA COLOMBE PASSE

Tout en haut de son mat le drapeau flotte au vent, Personne ne l’entend, personne ne le voit, On regarde le sol, comme on le fait souvent, Pourtant une colombe passe au-dessus d’un toit. On regarde le sol, comme on… Lire la suite →

Ma France à Moi

Ma France à moi, C’est Danton et Robespierre, La ligue révolutionnaire, C’est Picasso et de Gaulle, Charlemagne et puis la Gaule, Eluard, ne vous en déplaise, Gainsbourg et la javanaise, Ma France à moi, C’est bien la diversité, Aussi la… Lire la suite →

Mon Drapeau

*Mon Drapeau* Mon drapeau, … peau​, …peau Mon joli petit drapeau Pour toi, je suis prêt à me sacrifier Car, tu symbolises ma liberté et dignité Mon drapeau, toi, mon illustre bicolore Je ne te trahirai même pour un sac… Lire la suite →

L’ÉTENDARD

Je les traite de tous les noms et exige leur départ Des gueux, des pitres et marionnettes pour la plupart Des crâneurs salopards, impénitents et tocards Combinards de traquenards à faire tomber tôt ou tard Je les traite de tous… Lire la suite →

Ma coquille coquine

Ma coquille coquine Sur le sable, elle me toisait, elle était là, Ma belle, ma jolie coquille coquine, Aux couleurs nuancées du soleil et de la lune. Au lieu de graver mon message sur le sable fin, Je le dictais… Lire la suite →

Patrie damnée

Patrie damnée Peuple benêt L’embleme blemit Sous les bonnets Du pain benni Pour les sommets Beni oui oui Sans logorrhée Peuple aguerri Demain levé Se dira oui Ca peut changer Libre folie Est déclarée Du sang de braves Aura coulé… Lire la suite →

Si Seulement

Si seulement, mes frères savaient Combien ont souffert nos ancêtres Pour nous libérer de ces maîtres Ils se feraient plutôt la paix Si seulement mes frères avaient La conscience patriotique Et songeaient à ces gloires épiques L’intérêt commun primerait Si… Lire la suite →

Terre Qui M’As Vu Naître

Terre de ma naissance Témoin de mon enfance Terre de mes ancêtres Toi qui m’a vu naitre Terre de mes souffrances Toute mon existence Tu as forgé mon être Tu m’as appris à être Très grand. Oh quelle chance Tu… Lire la suite →

Espagne

Mon doux pays des Espagnes Qui voudrait fuir ton beau ciel, Tes cités et tes montagnes, Et ton printemps éternel ? Ton air pur qui nous enivre, Tes jours, moins beaux que tes nuits, Tes champs, où Dieu voudrait vivre… Lire la suite →

Souvenir du pays de France

Romance. Combien j’ai douce souvenance Du joli lieu de ma naissance ! Ma soeur, qu’ils étaient beaux les jours De France ! O mon pays, sois mes amours Toujours ! Te souvient-il que notre mère, Au foyer de notre chaumière,… Lire la suite →

Les malheurs de la révolution

Sors des demeures souterraines, Néron, des humains le fléau ! Que le triste bruit de nos chaînes Te réveille au fond du tombeau. Tout est plein de trouble et d’alarmes : Notre sang coule avec nos larmes ; Ramper est… Lire la suite →

Le Cid

Romance. Air des Folies d’Espagne. Prêt à partir pour la rive africaine, Le Cid armé, tout brillant de valeur, Sur la guitare, aux pieds de sa Chimène, Chantait ces vers que lui dictait l’honneur : Chimène a dit : Va… Lire la suite →

L’esclave

Le vigilant derviche à la prière appelle Du haut des minarets teints des feux du couchant. Voici l’heure au lion qui poursuit la gazelle ; Une rose au jardin moi je m’en vais cherchant. Musulmane aux longs yeux, d’un maître… Lire la suite →

Terre de France

Oui, partout elle est bonne et partout elle est belle, Notre terre de France aux mille aspects divers ! Belle sur les sommets où trônent les hivers, Et dans la lande fauve à l’araire rebelle, Belle au bord des flots… Lire la suite →

Sur le Louvre

Monument imparfait de ce siècle vanté Qui sur tous les beaux-arts a fondé sa mémoire, Vous verrai-je toujours, en attestant sa gloire, Faire un juste reproche à sa postérité ? Faut-il que l’on s’indigne alors qu’on vous admire, Et que… Lire la suite →

Les Souhaits

Il n’est mortel qui ne forme des voeux : L’un de Voisin convoite la puissance ; L’autre voudrait engloutir la finance Qu’accumula le beau-père d’Évreux. Vers les quinze ans, un mignon de couchette Demande à Dieu ce visage imposteur, Minois… Lire la suite →

Odesur un bruit qui courut en 1656

Ode Sur Un Bruit Qui Courut, En 1656, Que Cromwell Et Les Anglais Allaient Faire La Guerre A La France. Quoi! ce peuple aveugle en son crime, Qui, prenant son roi pour victime, Fit du trône un théâtre affreux, Pense-t-il… Lire la suite →

Schumann

Du vieux jardin dont l’amitié t’a bien reçu, Entends garçons et nids qui sifflent dans les haies, Amoureux las de tant d’étapes et de plaies, Schumann, soldat songeur que la guerre a déçu. La brise heureuse imprègne, où passent des… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils