Ligue des Poètes

Etiquette

Printemps

Prose bucolique

… Leur douce mélodie sont un rayon de soleil. Dans la brume du village endormi, la forêt doucement s’éveille en petits bruits. Le lichen s’étire, les branches se lèvent, le coucou chante, les tourterelles s’aiment, le rouge gorge sautille, les… Lire la suite →

Le printemps du poète

Il est de retour, allons l’accueillir, Au détour d’une rime, un plaisir, Le printemps est là, le poète aussi, La brume de l’aurore, vient à lui. La rosée parfume enfin sa plume, Ses mots glissent sans amertume, Sur la feuille… Lire la suite →

Prière du matin

Le Soleil couronné de rayons et de flammes Redore nostre aube à son tour : Ô sainct Soleil des Saincts, Soleil du sainct amour, Perce de flesches d’or les tenebres des ames En y rallumant le beau jour. Le Soleil… Lire la suite →

Renouveau

Le printemps maladif a chassé tristement L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide, Et, dans mon être à qui le sang morne préside L’impuissance s’étire en un long bâillement. Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne Qu’un cercle de fer… Lire la suite →

Prière au printemps

Toi qui fleuris ce que tu touches, Qui, dans les bois, aux vieilles souches Rends la vigueur, Le sourire à toutes les bouches, La vie au coeur ; Qui changes la boue en prairies, Sèmes d’or et de pierreries Tous… Lire la suite →

Printemps oublié

Ce beau printemps qui vient de naître A peine goûté va finir ; Nul de nous n’en fera connaître La grâce aux peuples à venir. Nous n’osons plus parler des roses : Quand nous les chantons, on en rit ;… Lire la suite →

Mars

En mars, quand s’achève l’hiver, Que la campagne renaissante Ressemble à la convalescente Dont le premier sourire est cher ; Quand l’azur, tout frileux encore, Est de neige éparse mêlé, Et que midi, frais et voilé, Revêt une blancheur d’aurore… Lire la suite →

Chanson gothique

Belle épousée, J’aime tes pleurs ! C’est la rosée Qui sied aux fleurs. Les belles choses N’ont qu’un printemps, Semons de roses Les pas du Temps ! Soit brune ou blonde Faut-il choisir ? Le Dieu du monde, C’est le… Lire la suite →

Avril

Déjà les beaux jours, – la poussière, Un ciel d’azur et de lumière, Les murs enflammés, les longs soirs ; – Et rien de vert : – à peine encore Un reflet rougeâtre décore Les grands arbres aux rameaux noirs… Lire la suite →

Les saisons

Printemps Le printemps va bientôt naître. Les hirondelles Pour que l’azur s’en vienne égayer son berceau Fendent le crêpe du brouillard à grands coups Prestes et nets ainsi que des coups de ciseaux. Des rustres stupides et des corbeaux voraces… Lire la suite →

Nuit de printemps

Le ciel est pur, la lune est sans nuage : Déjà la nuit au calice des fleurs Verse la perle et l’ambre de ses pleurs ; Aucun zéphyr n’agite le feuillage. Sous un berceau, tranquillement assis, Où le lilas flotte… Lire la suite →

Le Printemps, l’Eté et l’Hiver

Vallée au nord, onduleuse prairie, Déserts charmants, mon cœur, formé pour vous, Toujours vous cherche en sa mélancolie. A ton aspect, solitude chérie, Je ne sais quoi de profond et de doux Vient s’emparer de mon âme attendrie. Si l’on… Lire la suite →

Le jour

Levons-nous, le jour bleu colle son front aux vitres, La note du coucou réveille le printemps, Les rameaux folichons ont des gestes de pitres, Les cloches de l’aurore agitent leurs battants. La nuit laisse en fuyant sa pantoufle lunaire Traîner… Lire la suite →

En printemps

En printemps, quand le blond vitrier Ariel Nettoie à neuf la vitre éclatante du ciel, Quand aux carrefours noirs qu’éclairent les toilettes En monceaux odorants croulent les violettes Et le lilas tremblant, frileux encor d’hier, Toujours revient en moi le… Lire la suite →

Avril, dont l’odeur nous augure

Avril, dont l’odeur nous augure Le renaissant plaisir, Tu découvres de mon désir La secrète figure. Ah, verse le myrte à Myrtil, L’iris à Desdémone : Pour moi d’une rose anémone S’ouvre le noir pistil. Paul-Jean Toulet, Contrerimes Veuillez noter… Lire la suite →

Le matin

Et la première est d’un matin Dit tout en bleu, dit tout en blanc, Et la première est d’un matin Ici pour le commencement, De paix d’abord, cloches sonnant, Et Flandre étant – Vive la Rose – Douce à chacun… Lire la suite →

Ronde de Printemps

À Charles de Sivry. Dans le Parc, dans le Parc les glycines frissonnent, Etirant leurs frêles bras – Ainsi que de jeunes filles Qui se réveillent d’un court sommeil Après la nuit dansée au bal, Les boucles de leurs cheveux… Lire la suite →

Veillée d’avril

Il doit être minuit. Minuit moins cinq. On dort. Chacun cueille sa fleur au vert jardin des rêves, Et moi, las de subir mes vieux remords sans trêves, Je tords mon cœur pour qu’il s’égoutte en rimes d’or. Et voilà… Lire la suite →

L’Artois

À José-Maria de Heredia. I J’aime mon vieil Artois aux plaines infinies, Champs perdus dans l’espace où s’opposent, mêlés, Poèmes de fraîcheur et fauves harmonies, Les lins bleus, lacs de fleurs, aux verdures brunies, L’oeillette, blanche écume, à l’océan des… Lire la suite →

Juin

Les prés ont une odeur d’herbe verte et mouillée, Un frais soleil pénètre en l’épaisseur des bois, Toute chose étincelle, et la jeune feuillée Et les nids palpitants s’éveillent à la fois. Les cours d’eau diligents aux pentes des collines… Lire la suite →

Les Soleils de Mai

D’un souffle virginal le plus aimé des mois Emplit l’air ; le lilas aux troncs moussus des bois Suspend sa grappe parfumée ; Les oiseaux sont joyeux et chantent le soleil ; Tout sourit ; du printemps, tout fête le… Lire la suite →

Aux Hirondelles

De l’aile effleurant mon visage, Volez, doux oiseaux de passage, Volez sans peur tout près de moi ! Avec amour je vous salue ; Descendez du haut de la nue, Volez, et n’ayez nul effroi ! Des mois d’or aux… Lire la suite →

Premier mai

Tout conjugue le verbe aimer. Voici les roses. Je ne suis pas en train de parler d’autres choses. Premier mai ! l’amour gai, triste, brûlant, jaloux, Fait soupirer les bois, les nids, les fleurs, les loups ; L’arbre où j’ai,… Lire la suite →

Le Printemps

Sinistre Hiver avec tes farouches colères Pars, va-t’en loin de nous parmi tes ours polaires! Délivre-nous, vieillard, des fallacieux gants De peau de chien ouatés et des noirs ouragans, Et dans le blanc pays des glaces éternelles Emmène les Pierrots… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils