Ligue des Poètes

Etiquette

publier des poèmes

Nous

Loin sont les corps, Proches sont les coeurs, Chacun s’accorde, Fait taire les peurs, Voix monocordes, Besoin de bonheur, Je tape à ta porte, Je ne referai plus l’erreur. © Copyright « Nous » (2018) – Virginie Krahn Veuillez noter : Envoi…… Lire la suite →

Les saisons

Entre nous, La couleur, De l’automne, Matinale, Qui s’éteint, Le soir, Encore, La peur, Tu reviens, Tu oublies, Viens! Entre nous, La couleur, De l’hiver, Loin l’autre planète, Jouissif est le monde, Je l’avoue, Encore une fois, Il n’est pas… Lire la suite →

La Vire

La Vire, sa vallée à la gorge déployée, à la pente boisée. La Vire, ses collines, paysage de magie, changeant au gré du vent, nuages blancs, nuages gris. Telle une danse capricieuse et harmonieuse, les haies quadrillent les verdoyantes prairies…. Lire la suite →

Noces de l’ombre,

Noces de l’ombre assis sur une pierre, au bord d’une fosse, la nuit me fait taire, d’un silence féroce. L’odeur du cimetière, m’apaise par sa force, une poignée de terre, pour sceller mes noces. Une vie toute entière, puis cette… Lire la suite →

Les colères du monde

Les colères du monde, forgeresses des auspices, Emportent les âmes troubles vers un grand précipice, Là se jettent, ardentes, les souffrances égarées, Scellant leur tiraillement dans son éternité. En ce jour d’hiver, ce feu aigre a brûlé, Une once de… Lire la suite →

Ö ! Beauté

Ö ! Beauté Ö ! Beauté Ö ! Gaieté, Ö ! Magique nature Vous m’éblouissez les yeux. Vous sentez l’essence D’un parfum magique. Vos odeurs confectionnent Des petites étoiles clignotantes. Mes oreilles partent Dans une audition mélodique Sur les ailes… Lire la suite →

L’OMBRE DES NUITS BLANCHES

Froid de canard, froid extrême, je le braverai pour celle que j’aime j’avancerai sans nul repli. Une nuit sans lune et des friselis Froid givrant, froid qui déprime cœurs malades et bouches abstèmes qui méconnaissent l’exquis délit d’être amoureux à… Lire la suite →

SAUF ERREUR DE MA PART 💋

Sauf erreur de ma part, je marchais au radar : J’avais rangé mon spleen dans un épais brouillard, Dans un fourreau d’oubli invisible à  l’œil nu … Or, même en cherchant bien, je ne l’y trouvais plus. Sauf erreur de… Lire la suite →

CES GENS QUI CHANGENT

Comme les gens changent avec le temps et pourtant au fond de moi même, je peux-dire, que je suis resté toujours le même n’ayant jamais tourné le dos au vent, et dans mon vieux manteau de laine et à travers,… Lire la suite →

Table du vieux temps

C’est une œuvre respectable, une table du vieux temps, Qui, jadis, dardait de splendides couleurs, Qui, jadis, toute belle, accueillait la lueur, De la plume arrondie et des yeux scintillants. Désespoirs et bonheurs sont aussi tes tourments Lorsque piètres artistes… Lire la suite →

PARIS

PARIS Paris n’est pas la ville des cartes postales Paris n’est pas les Champs Elysées et la Tour Eiffel Paris c’est le travailleur Du boulevard Barbes Paris c’est le chemin De celui qui a laissé ses enfants Paris c’est la… Lire la suite →

Mélodie des mots

Envie de réinventer l’alphabet Où les mots ne seraient que silence Lettres et points seraient muets Je leur donnerais d’autres sens Je créerais des mots douillets Pour écrire les douloureuses absences De ces personnes tant aimées Attendues d’ardentes impatiences Les… Lire la suite →

Sur invitation,

Sur invitation, je ne t’ai pas invité, pourtant je ne rêve pas, tu t’es permis d’y entrer, tu te demandes pourquoi, de tout mon être je te hais. J’ai retiré mon armure, déposé toutes mes armes, ça devient beaucoup trop… Lire la suite →

Ö ! Mer

Ö ! Mer Ö ! Mer Ta beauté embrasse Mes mèches libres De mes cheveux ivres, De ta splendeur s’inspire ma muse, Tes vagues me rendent heureuse, Errant entre tes sables dorés mon âme adore Sur tes roches vaniteuses posent… Lire la suite →

Amour hivernal

Entre mille sapins, Je parcours l’émoi De t’avoir matin Bien au creux de mes bras. La douceur du satin… Mon amour, toi et moi, La sentons sur les grains De tes linges de soie. Lentement ton baiser Me réchauffe le… Lire la suite →

Ne Jamais T’oublier

Onze ans de marches sans retour arrière, Derrière moi j’ai laissé des barrières, Mais je n’ai oublié ton nom, A présent, je ne peux te reconnaitre, De visage mais d’intuition. En moi, t’oublier serait toute une trêve, Chaque nuit, tu… Lire la suite →

1 er NOVEMBRE

J’ai longtemps séché mes larmes, Devant la mort qui, telle une lame, À vie, à entaillé mon pauvre cœur ; Et je vis sans lui garder rancœur. Car dans mes yeux bigles, ils vivent, Ces morts derrière la grand-voile ;… Lire la suite →

TELLE UNE OMBRE

Elle rentrait souvent après minuit à pas feutrés comme une ombre et je sentais sa présence au parfum sombre de sa peau elle avait froid et j’entendais son cœur battre plus fort alors elle venait plus près poser sa tête… Lire la suite →

À toi – Agitation

De gauche à droite, Glissant sur le sol, Le son m’emporte, Le souffle se coupe, M’accompagnant durant cet instant, Je m’évanouie, Tout recommence, D’un haut degrès j’éveille mes sens, Par un goût sucré je me laisse emporter, C’est chaud, c’est… Lire la suite →

Regard éternel

Au fond des yeux mon sentiment Vous idolâtre en grand secret. Mais vous savez tout comme je sais Que les instants nous riderons, Que les amis effaceront De leurs jardins nos rares empreintes… Et ce jour là le souvenir Vous… Lire la suite →

JOYEUX NOËL !

Les ruelles sont rouges, de sang et des sons, Un flonflon de rafales effectué en fanfare, Et des salves sifflant au ciel tels des phares, Pour jeter aux gosses en transe dons et encens : Trépas, pas d’avance, et oblation… Lire la suite →

DANS LA NUIT BLANCHE

DANS LA NUIT BLANCHE Ô si tu savais, comment la nuit, je dors ! De l’enfer, tu envierais ses bras d’or ; Quand les nerfs, en de discrets braillements, Racontent aux tempes, leurs divertissements. Ô si tu savais, comment la… Lire la suite →

Espèces sonnantes et trébuchantes

Je veux voler vers ce nuage blanc Pour m’y fondre avant qu’il ne s’estompe Que le blanc vienne grisonner mes tempes Avant d’être las et perdre mon allant . Fuir le coeur ingrat et la mesquine rumeur Ces petites gens… Lire la suite →

L’ANGUILLE

L’ANGUILLE Que j’aime te pêcher, ma chère Aux heures tièdes de l’aube, Quand tu sors de l’eau, entière, Comme si l’on ôtait une robe ! À travers la brume, je te vois palpiter, Au bout de ma ligne, la peau… Lire la suite →

© 2018 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils