Ligue des Poètes

Etiquette

Stephane Damien M

Les colères du monde

Les colères du monde, forgeresses des auspices, Emportent les âmes troubles vers un grand précipice, Là se jettent, ardentes, les souffrances égarées, Scellant leur tiraillement dans son éternité. En ce jour d’hiver, ce feu aigre a brûlé, Une once de… Lire la suite →

Table du vieux temps

C’est une œuvre respectable, une table du vieux temps, Qui, jadis, dardait de splendides couleurs, Qui, jadis, toute belle, accueillait la lueur, De la plume arrondie et des yeux scintillants. Désespoirs et bonheurs sont aussi tes tourments Lorsque piètres artistes… Lire la suite →

Amour hivernal

Entre mille sapins, Je parcours l’émoi De t’avoir matin Bien au creux de mes bras. La douceur du satin… Mon amour, toi et moi, La sentons sur les grains De tes linges de soie. Lentement ton baiser Me réchauffe le… Lire la suite →

Regard éternel

Au fond des yeux mon sentiment Vous idolâtre en grand secret. Mais vous savez tout comme je sais Que les instants nous riderons, Que les amis effaceront De leurs jardins nos rares empreintes… Et ce jour là le souvenir Vous… Lire la suite →

Coquelicots colorés

Comme elles étaient de taille les herbes de ma jeunesse ! J’y courais désirant percevoir l’horizon… Des milliers de plaisirs pour une seule allégresse ! Coquelicots colorés à la belle saison. Comme elles étaient courtes les journées de jadis ;… Lire la suite →

Prince des amours

Comme il est grand le cœur de celui qui aimait ! Les amours les plus beaux sont ceux qu’on garde en soi. Ils ne bravent un rayon qu’en un regard de soie, Leurs fleurs portent ces secrets qui n’éclosent jamais…. Lire la suite →

Cadran solaire

Tu enroules nos destins, Petite pierre immobile, Au soleil opportun, D’une ombre volubile. Le temps passe sur ta peau, Endurcie par sa main, Embrassant un repos, Qui s’envolera demain. Silencieux comme un roc, Ta parole est bénie. Ton vieux présage… Lire la suite →

Au paradis des anges

Il gît en la forêt un paradis des anges, Du lac au bois dormant, un lagon des déesses, Vert émeraude comme une larme d’or, enchanteresse, Cueillant les cœurs candides dans une étreinte étrange. A l’ombre de cent chênes, le désir… Lire la suite →

Un doux flocon de neige

Je pense à toi ce soir, aux mots que tu m’as dits, A l’hiver diffus qui m’empêche de te voir, J’aimerais lire tes pensées dans ce long ciel noir, « Je ne t’oublierai pas » et notre espoir naquît. J’ai… Lire la suite →

Souffrange

Depuis un temps notable, mon cœur est ombrageux, Partout le ciel sombre parle à sa triste face, Le mortel opportun dévora son audace, Et gela la mémoire de son sang courageux. Mais la main de l’intime ne peut-elle espérer, Qu’un… Lire la suite →

Misère

Longue vie à celui qui épouse la misère, Elle lui rend en secret une amène vertu. A ne rien abriter, tout devient impromptu, La compagnie est rare mais la parole sincère. Le fier bourgeois répugne cette honorable étreinte, Médisant son… Lire la suite →

Paul

Un rêve étrange et pénétrant t’aura bercé, Mon tendre saturnien à la main généreuse. Ayant volé l’amour à une vie malheureuse, Amèrement suspendue au deuil des aimés. Prince des poètes à la lyre gracieuse, Ne portant rien en toi qui… Lire la suite →

Lésine

Toi qui meurs les jours et fuis Morphée les nuits, N’as-tu senti le doute s’immerger en ton cœur ? Tu prospères sur l’usure, artisan du malheur, Amassant en silence les richesses d’autrui. La cupide vermine qui laboure ton fiel, Cède… Lire la suite →

Maman

Aujourd’hui tu es née, toi qui me mis au monde, A l’âge du repos, affrontant la douleur, Me berças ces années d’un héroïque labeur, Chahutant de ta main ma chevelure blonde. Je pensais pour toujours posséder ta caresse, Mais, surpris… Lire la suite →

Charles

Messager des enfers, aux froideurs ineffables, Les travers n’ont connu regard plus aiguisé, Rancune plus sévère, rancoeur moins apaisée, Qu’en ta nausée épaisse et presque inépuisable. Ton cœur est un tombeau dépeçant tous les vices, Les charognes putrides et les… Lire la suite →

Arthur

Arthur, fils des cieux, frère des enfants prodigues, Ta candeur est perchée aux montagnes du temps. Tu naquis dans le rêve, tu mourus au printemps, Mais personne ne peut ignorer ton intrigue. Du plus grand de tous siècles où tu… Lire la suite →

Trahison

Il est un compliment plus cru que le supplice, Mon cher ami venant quémander ma sagesse. A l’avenir tenant, toujours sa promesse, Le verbe est décevant et la détresse complice. Usant de ma bonté sans ménager ma peine, Vous tairez… Lire la suite →

Aux immortels

Etincelant le ciel, vous restez silencieux, Ô dieux tout-puissants qui n’éprouvez le temps. Les hommes vous réclament au malheur pointant, Et vous n’avez pour eux qu’un regard insoucieux. Ils vénèrent envieux votre immortalité, Indicible secret qui s’écoule sans rien dire…. Lire la suite →

L’âme du soir

En ce songe d’automne se dévoile à mes yeux, Que la lumière nouvelle ne naîtra que demain. Nous resterons dans l’ombre et mon art en chemin, Empoignera la plume de ce soir harmonieux. Une odeur de chanvre plane en l’air… Lire la suite →

Mon beau jardin

Le cresson frais transpire des gouttes de rosée, Sous les feuilles du grand saule qui domine l’Eden, Parfois, levant mes yeux, je voudrais dire Amen, A ce carré agreste à l’émoi apaisé. La neige a reposé dans ce cadre idyllique,… Lire la suite →

Souvenir

Le souvenir est là, parfois triste, toujours beau, Indéfectible emblème de notre humanité, Il flotte comme une lumière de sa pleine nudité, Sur les chemins éparses de nos vies en lambeaux. Immuable et changeant, il ne quitte aisément, Mais sa… Lire la suite →

Imposteur

On rencontre en sa vie bien des gens mystérieux, Certains nous sont sincères, d’autres quièrent nos faveurs. Il est sage de tenir à distance son cœur, De la foule indigne et du félon envieux. La manie engloutit le désir sans… Lire la suite →

Vieillesse

Tu estompes tes rides mais tes mains, elles, dévoilent Ce naufrage insidieux qui ne parle librement, La jeunesse sourie à ce long châtiment, La blessure se vit seul, à l’ombre d’une étoile. Car il brille en ton cœur une gracieuse… Lire la suite →

Litté-rature

Beigbeder, Levy, Mussot, toute cette piètre prose, Ces conteurs parlent pour dire et ne disent pas grand chose. Quand nos auteurs classiques écrivaient avec soin, Leur plume se promène à la lisière de rien. Les vents soufflants du monde leur… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils