Ligue des Poètes

Etiquette

Vie

​ Des frissons nerveux

Mon kif a perdu le goût

De la concentration en communauté, ma lecture rentre,

Dans ce lieu public la sérénité est dérangée, la cause

Serait-elle les prix exorbi

Pandore

« On te croyait honnête et tu nous as roulés,
Mon espoir funeste qui renaît de ses cendres !
Au fin fond de mon âme point un rêve familier… »

La source du bonheur

La source du bonheur

Coule dans nos veines,

Mais les aléas de la vie

En mettent des entraves involontaires.

Il s’attachait à la paille de la vie

La mémoire visuelle et intellectuelle
Revient, remue, pleure, se révolte,
Puis elle se confie à sa plume,
Engagée, elle notait, note et notera la souffrance des émo

La mémoire sombre

« Sous le mal impromptu d’une quête navrante,
Caressant de la main mon bonheur trépassé,
Refusant de céder à la chair enivrante… »

La vie se réveille

La corruption bat son record,
La fuite des capitaux
Incitent la fuite des cerveaux,
Des compétences quittent
Le pays à la recherche du meilleur,

– REMISE EN ROUTE –

Sous ma chemise, je sens et ressens
Une légère vibration se met en route
Comme un choc électrique je prends
Ma poitrine se soulève… Pas de doute……………….

Au frère qui pleure

« Que le destin nasarde à ton deuil muet,
A tes pleurs enragées, à tes fièvres d’égo,
Je prierai à la femme qui boira ton sanglot ! »

– VOYAGE –

Sourire en coin
Faux semblants
Je perds mes cheveux
Mais je garde mon sourire………………

D’aventure

« Je caresserai mon front blessé,
Fuyant en chœur mon sentiment,
Sourire à cette vie rapiécée…
Le cœur libre, comme un enfant. »

– TANT RÊVé –

J’aurai tant voulu
Pouvoir voguer au-dessus des nuages
Par temps de nuit étoilée avant l’orage
Au milieu de ces filantes nues……….

De mon beau rêve immaculé

“Nulle part ma douce vertu ne vole,
En des royaumes plus reculés,
Qu’au long du paradis frivole… »

Une vie, le temps d’un éclair

Fécondé par fortune, voile déchiré de l’hymen,
l’être se construit merveille, cellules en méiose,
Dans le liquide protecteur, en sourdine, osmose…

– CETTE ROSéE DE VIE –

Y aurait-il une fée………… Dans cette clochette cachée…………………………………..

Lettre à Mère Noël

Mère Noël, fée d’amour
Toujours enjôleuse et biseuse,
Ta lourde hotte trop généreuse
Du Monde en un jour fait le tour.

Tu nous rends tous très louangeurs

le petit chemin, ce destin

Il va gaiement à travers les champs,
Sa guirlande verte, en son centre serti,
A toutes autres voies, le différencie.
Lien, jadis incontournable, des diligences…

Refrains

« Peu importe si je brûle même un jour, même une vie,
S’il te faut des refrains, j’en aurai, c’est promis… »

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils