Partagez

La parole est un fait, la parole est un acte,
La parole, parfois, semble imparfaite,
La parole exprime, souvent, une victoire
La parole exprime aussi la défaite,
La parole émane d’une source de savoir.
Certaines personnes, usant du langage,
S’imposent à l’ensemble, créant une symbiose
Agitant comme un sabre, symbole du courage,
Créant les conditions instaurant l’hypnose.
Parfois animés par des paroles sages,
Trop souvent subissant l’effet de la névrose.
Certaines doivent se taire au moment de parler.
Leur langue de vipère ne crée que zizanie.
Tandis que la sagesse s’oblige à reculer
Devant ce verbiage, devenu une manie,
Animant les discours, mensonges calculés,
Prétextes activés servis et laminés.
Les discours coutumiers ne louent que les projets.
Car toute réalité semble bien différente
Et le discoureur remue tant son sujet
Quand toutes les idées sembles incohérentes,
Alors l’on revient, sans y avoir songé,
Aux idées « leitmotiv » ressuscitant l’entente.
A bien voir ces discours que l’auditoire applaudit,
A voir comment le peuple s’en retrouve satisfait,
Ces voix émanant d’un passé abstrait,
Quand le peuple ne souhaite que vivre le concret,
Ces voix que le futur dénonce et contredit,
Ces voix qui expriment un avenir prédit.
Quand un sage déclare : « Quand tu parles, tais-toi »
Rappellent que le peuple doit fournir sa voix,
A ceux qui montrent la bonne voie,
Ceux qui brillent d’une bonne foi,
Qui avancent des choses auxquelles eux-mêmes croient,
L’avenir étant tracé, on y va tout droit.
Tous ces beaux parleurs sont des faiseurs de roi
Usant du mensonge, se référant au droit,
Visant le meilleur, sur un chemin de croix,
Le tyran s’en réjouit, le but est atteint,
Et son avidité, hélas, est sans fin,
La flamme démocratique, à ce rythme, s’éteint.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes