Partagez

Même en mettant l’ampli phone
Tu me la joues
Grande muette
J’deviens fou
Mal à la tête
Maudit téléphone

Dans ma tête il raisonne
Comme un cri
Strident
Qui déchire ma nuit
Violent
Et moi je déraisonne

J’en arrive à regretter
Les appels anonymes
Qui m’réveillaient
M’entraînant dans l’abîme
S’ils violaient
Mes rêves et mon passé

S’ils bousculaient mon repos
Ils maintenaient en haleine
Mon cœur
S’ils le mettaient en peine
Et s’ils lui faisaient peur
En le réveillant en sursaut

Ils brisaient le silence
Si je vis et fanfaronne
Au milieu des décibels
Des voisins qui s’époumonent
Dans leur dernière querelle
Je meurs de cette indifférence

J’ai le cœur en déroute
Même pas une cartomancienne
Qui m’prédirait l’avenir
J’en veux à la vie , cette chienne
Qui n’entend pas mes soupirs
J’ai plus rien sur ma route

Mon cœur est froid comme la mort
J’voudrais dans un simple geste
Retenir ce ruisseau de larmes
Mais c’est tout ce qu’il me reste
Avec ma fierté, ce sont mes seules armes
Plus personne pour m’attendre au port
Copyright ©2016 Mado CHRISTOPHE



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.15 sur 26 votes