Partagez

À chercher ton oreille ce n’est point de ma faute
Y déposer tendrement doux mots sourdement enfouis
Au tréfonds de mon âme libérés de leurs menottes
Accusés de t’aimer devant ton cœur traduits

Des mots susurrés au creux de ton oreille qui tressaute
De surprise à entendre de magiques mots inouïs
Enfantés sur les berges de mon cœur où gaiement flottent
Doux bémols, tendres vœux pour ma muse, mon amie

Mots savamment blottis en mes désirs qui bouillottent
De folles tentations à faire briller le soleil en cette nuit
S’évanouissent tous ces mots sur tes doigts qui tremblotent
Gauches couverts d’éther, qui s’en viennent , se replient

Gloire de mes mots sur les flammes qui dansotent
Derrière la buée de tes yeux par mes paroles réjouis.
Jusqu’à l’aube, odes d’amour mon cœur sifflote
Sur les allées qui animent ton sourire à la vie



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
2 sur 1 votes