Partagez

Où est passée la couleur des blés d’autrefois ?
Ces longs épis dorés, qui au vent, se couchaient
Si chers au cœur de Van Gogh et Monet
Que de beaux coqu’licots aimaient à parsemer

Epis rétrécis de moitié, truffés d’hormones.
Résultats affligeants. Cupidité des hommes.
On tue nos sols avec pesticides et semences.
Halte au danger ! Bayer Monsanto en alliance.

Ils veulent contrôler toute la chaîne alimentaire
De la terre à l’assiette et nous les laissons faire
A la rescousse, bon nombre de grands chefs étoilés
S’y opposent, ardents défenseurs du bien manger.

Terre nourricière déjà gorgée du sang des hommes
S’épuise, faute de microbes pour la nourrir, en somme
Sols, sans faune, qui, en maltraitance, créent l’érosion
Même par sécheresse, toujours la crainte d’inondations

Seules nos forêts gardent nos sols vivants, spongieux
Mais pour combien de temps y sera t’on heureux ?
Nos campagnes sont plus polluées que nos villes, hélas
Et nos abeilles qui butinaient, utiles, trépassent.

Le monde est fou, cupide. Grand temps de réagir !
A nous de prendre les rênes du monde à devenir.
Producteurs locaux pour notre alimentation
Et soyons vigilants face à la pollution.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.62 sur 8 votes