Partagez

Par la chaleur de l’été sa main colle
sur le papier bristol
laissant l’esquisse fragile
à l’encre indélébile.

Il lui faut penser aux contours,
dessiner pour chaque pièce
certains traits un peu courts,
ou plus longs qu’ils ne paraissent.

Puis découper le dessin du papier
pour le positionner sur le verre
et ressentir la majesté
des différentes matières.

Le toyo crisse de son diamant
et sensibilise le verre
et d’un coup sec le cassant
il s’offre sans manière.

Enfin prêt à être meulé,
avant de recouvrir sa tranche de cuivre
sur ses bords lissés
le verre, sous sa main, se livre.

La magie du vitrail
dans sa force, dans sa fragilité,
nous entraîne sans faille
dans sa transparente beauté.

Parfois il tombe et se casse,
parfois il résiste et s’en sort intact.
Les couleurs, teintées dans la masse,
ne désirent qu’un seul impact,

celui de vous toucher
par sa noble destinée,
du verre
à la lumière,
de sa transparence
à sa magnificence.

PJ – 31/07/17 LDP 20

En photo, Vitrail Tiffany, d’après une oeuvre de Toffoli.
En haut le vitrail, et dessous le reflet du soleil sur l’ardoise étire ses couleurs et diffuse sa merveilleuse énergie. Juste une passion partagée pour le plaisir des yeux et au delà 🌷



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 8 votes