Partagez

Ton absence se fait vide et tristesse. 

J’ai soif, j’avidité à tes lèvres.     

Cette lésine si fragile et tendresse. 

Avec sature d’amour et de fièvre.  

Autant que la solidité m’ampute 

Mon pied s’enfonce dans l’inhabité 

Parfois en glissent des terres ingrates

Alors que des branches t’égratignent

Oô A ceux corps détachée 

Oô A ceux pauvre corps desséché 

Ses regards remords et mater 

Ou l’orage la kidnappe, dérober

Ton absence se fait vide et tristesse. 

J’ai soif, j’avidité à tes lèvres. 

Cette lésine si fragile et tendresse.

Avec sature d’amour et de fièvre. 

                                                      HAMZA HOUSSEIN OMAR  Publier 22 juin 2018



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 53 votes