Partagez

Je sais tout de ton cœur et vous connais par lui :

Il est bon professeur et j’apprends de son puits

Comment nous prémunir des tentations maussades

Par Michel de Montaigne et par François de Sade.

.

Je sais tout de ton cœur plus ouvert qu’un missel, 

Il est mon confesseur et m’enseigne les cieux.

Pour monter au septième où vont les bienheureux, 

Il me faudra passer un examen par ciel.

.

Je sais tout de ton cœur qui fait l’apesanteur :

Je suis un peu Newton et il me rend moins bête, 

Car la pomme qui tombe au-dessus de ma tête,

Plus lourde qu’on ne croit vient écraser mon cœur.

.

Je sais tout de ton cœur et suis loin d’être sourd,

Il est grand orateur et me fait déclamer :

Ovide à l’assemblée, Ovide et l’Art d’aimer …

Mieux que les lois, mieux que l’argent, moins que l’amour. 

.

Je sais tout de ton cœur fertile et cultivé,

C’est un grand jardinier qui m’arrache à nivôse

En me confiant ses fleurs, ses parfums retrouvés,

Quand sa pudeur éclot dans un bouton de rose.

.

Je sais tout de ton cœur qui m’apprend à compter :

C’est un fier écolâtre et c’est un vieil orfèvre,

Qui peut multiplier les baisers sur tes lèvres,

Quand deux et deux font nous en toute éternité. 

.

Je sais tout de ton cœur qui écrit notre histoire,

Car ce bon chroniqueur rafraîchit nos mémoires :

Notant les mots de chaque jour en souvenance, 

Ces petits riens qui font l’amour et la romance.

.

Je sais tout de ton cœur, car je valse à l’envers :

C’est un grand maestro que j’entends en concert,

Comme un Paganini ou comme un Borodine,

Promettant aux regrets étouffoirs et sourdines.

.

Je sais tout de ton cœur et de son univers :

C’est un bel astronome et je suis Galilée, 

Pour toi qui fais tourner ma terre et ses vallées,

Pour moi le garçonnet devant ce Gulliver. 

.

Je sais tout de ton cœur qui marche sur les eaux, 

C’est un martin-pêcheur perché sur mes roseaux,

L’oiseau attend son heure et plonge dans nos yeux 

Peut-être y verra-t-il quelqu’un qui fait du feu …

.

Je sais tout de ton cœur qui rougit sa palette :

C’est un grand barbouilleur qui lit dans mon regard,

Comme un François Boucher ou comme un Fragonard,

Pour une jambe en l’air, pour une escarpolette. 

.

Je sais tout de ton cœur et parle d’icelui

Le seul astre qui luit, le seul soleil sans nuit.

Il n’est pas mauvais maître et j’en ai pour la vie,

Je veux briller pour lui et ton académie.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5.17 sur 1215 votes