Partagez

J’égraine le sable,
Qui file de mes doigts.
Le temps est instable,
Et vibre en désarroi.

Aussitôt partie,
Tu me manques déjà.
Moments impartis,
Partagent mes émois.

Mon air s’est empli,
De ton léger parfum.
Il erre, me remplit,
De ton secret jardin.

Il s’en vient et va,
Flotter ton essence.
Là autour de moi,
Griser tous mes sens.

J’ai encore ta présence,
Qui ne me quitte pas.
Malgré tout, ton absence
Brille l’or de ton aura.

copyright@PGL Pierre-Gilles Léger 06.10.2014



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 10 votes