Partagez

La toquade n’a pas de limite,
L’amour n’attend guère qu’on l’invite.
Il est partout, il impose sa loi,
Elle est là et touche même les Rois.

Aimer au Champ de mars, c’est tout un art,
Etre cinglé, se prendre pour un Tsar.
Jouer, façon russe, sa propre vie,
Le toqué et l’épris se sont unis.

Richelieu fut le plus grand complice,
Au centre de l’enjeu, plus que gagnant,
Il prend sa part, sans laisser indice.
Tous ne cherchent que son contentement.

Pourtant peu radin, il s’est fait avoir,
Ses maîtres, de lui, font grand marchandage,
La maîtresse, du haut de son perchoir,
Dicte sa loi, fixe les avantages.

Le maître de la maîtresse, doué,
Organise tout, donne son aval,
Le jouisseur, au guêpier bien attiré,
Tout finira pourtant en festival.

Laisser son travail, famille et amis,
Courir des distances incalculables,
Tel un élève, à l’examen admis,
Pour se couler dans des bras affables.

Il faut être bien fou pour le faire,
Ou très amoureux et téméraire,
Un grand chasseur des perles très rares,
Hésiterait bien devant ce rempart.

Comme prévu, chacun s’est bien servi,
La table, de mets très prisés, garnie,
Le festin des grands jours, fut sans égal.
Chaque partenaire pris son plein régal.

Le toqué épris redevint sage.
Du passé, il a tourné la page.
Dans la vie, il y a des épisodes,
Où chacun agit à sa méthode.

A.SALEMI, le 27 Juillet 2017.
Tous droits réservés.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.89 sur 9 votes