Partagez

Tout le monde a crié
 De joie quand j’ai trébuché
 Personne pour moi n’a prié
 Lorsque j’étais sous rocher

 Je suis tombé malade
 Personne n’est venu me voir
 Vous avez fait le nomade
 Sans même dire au revoir

 Je suis haïs dans ce monde
 Je suis aimé par peu
 Ils me tissent une fronde
 Ils me poussent dans le feu

 Vous n’aimez que mon malheur
 Et voir mourir mon bonheur
 Pour que j’aie des douleurs
 Et vivre dans la chaleur

 Le monde tourne toujours
 C’est ce qui me donne l’espoir
 De me retrouver un jour
 Dans un chemin de victoire

 La nature donne toujours raison
 C’est elle qui distribue les saisons

 Le nègre



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes