Partagez

Qu’ en est-il devenu de ces saisons de cerises
De fleurs et moissons?
Sommes- nous redevables
A leurs grâces
A Leurs tendresses
Qui chantaient en harmonie en nos cœurs
Non, mon Sultan?
Ton amour est toujours là
Ton regard écrit sur ma peau
A toute heure et à chaque instant
Tu es resté malgré la rupture
Les blessures
Une chanson qui me plie de douleur
Use mes saisons

Je t’ai attendu l’espoir au cœur
Sur les lèvres, un sourire en fleurs
Espérant que le violon de mon cœur
Ne te soit pas inconnu
Je couvais l’espoir de te revoir
Je suis arrivée tôt
A notre rendez vous…
Je me suis adossée au mur
Peint à la chaux
Je voulais te raconter pleins de choses
Et la danse de mon cœur
Et ses sentiments, proses
Je voulais te narrer mes secrets
Ainsi que mes bas, mes regrets
Et mon quotidien et ma liberté, confisquée…

Je voulais te narrer nos souvenirs
Et le voyage dans les cieux des éclats de notre rire
Les champs frissonants du blé dur
Et quand nous nous essayons
Tout heureux à l’ombre de la vigne…

Je voulais te faire visiter ma ville
Avec toi faire revenir le temps
Régénérer notre passé
Et oublier pour une heure
Le présent et le futur
Mais, tu n’es pas venu
Et avec mon chagrin
Je retournais sur mes pas
L’âme en fracas
Le cœur en miettes
Je trainais la savate
Dans les boulevards, sans les voir
J’ai erré dans la ville aves mes déchirures
Et je me suis sentie à nouveau de l’amour
Orpheline.
Maissa Boutiche, Alger, Algérie, le 01/10/2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 73 votes