Partagez

Tragédie pastorale

La journée s’annonçait belle et sereine
De bzz les abeilles saluaient leur reine
Perche sur une branche haute un hibou
Vocalisait en yodlant chou joujou hou- hou

Depuis la cour émanait le cocorico
D’un coq amoureux gonflant ses ergots
Un canard de jade se baignait sans témoin
Dans une mare sale en fredonnant coin- coin

Un chien approcha en jappant quatre fois ouah
Au canard solitaire aussitôt en émoi
De grâce cancana-t-il, ne m’obligez pas
A réclamer l’aide de mon ami le chat

Qui vous chasserait à coups de miaou
Espèce de vilain petit sapajou
A ces mots le chien vite déguerpit
Sous de l’anatidé les persifleurs hi- hi

Un chasseur qui de loin considérait l’étang
Abattit le canard d’une balle et pan
L’oiseau s’écroula dans l’eau dans un petit flac
Qui fit à peine plisser l’eau de la flaque

Crôa lâcha un corbeau d’un ton obscène
Qui placide avait observé la scène
On entendit se rapprochant le son d’un gong
De cloches abasourdissantes de ding dong

Dans un pré quelques vaches en signe d’adieu
Prièrent se signèrent et lui dirent meuh



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 4 votes